Maroc: Démission du président du Conseil national du PJD

Rabat — Le président du Conseil national du parti pour la Justice et le Développement (PJD) au Maroc, Driss El Azami Idrissi, a présenté sa démission de son poste et du secrétariat général du parti, en raison des "désaccords internes relatifs à la direction que prend le parti".

Après la démission du ministre d'Etat chargé des Droits de l'Homme Mustapha Ramid, un des leaders du PJD qui conduit la coalition gouvernementale au Maroc, c'est au tour de Driss El Azami Idrissi d'annoncer son départ des instances du parti.

Dans sa lettre de démission, El Azami Idrissi, qui est aussi Maire de Fès, a affirmé ne plus pouvoir "tolérer ou comprendre, ni expliquer ou accepter ce qui se passe à l'intérieur du parti, ni le changer et donc je ne veux pas en être témoin", a-t-il indiqué.

L'ex numéro 2 du PJD, a regretté l'état actuel du parti, ses positions qu'il juge non conformes à ses principes. "Je sais que cette décision est difficile et que son impact l'est encore plus, mais les choses ne peuvent plus continuer ainsi", a ajouté le PJDiste.

Plus loin, le dirigeant a précisé que le Parti doit revoir son approche refusant que le PJD ait adopté une posture réactive plutôt que proactive et qu'il accepte toutes les décisions exécutives.

"Il faut que de telles positions difficiles soient prises, pour que le parti puisse se rassembler, reprenne l'initiative, renouvelle son approche et interroge la direction avant qu'il ne soit trop tard", a-t-il insisté.

Il y a quelques mois, c'est le président du Conseil de la ville de Casablanca, Abdelaziz El Omari qui avait annoncé son départ du secrétariat général du parti. La raison étant la récente décision de normalisation des relations entre le régime marocain et l'entité sioniste.

En effet, depuis la signature par le chef du gouvernement marocain Saad Eddine al-Othmani de la décision de normalisation des relations entre le régime marocain et l'entité sioniste en contrepartie la reconnaissance par l'ex président américain Donald Trump, de la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, le PJD parti au pouvoir, connait des perturbations internes relatives à des désaccords entrainant des démissions successives.

A La Une: Maroc

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.