Tchad: Deux morts au domicile de l'opposant Yaya Dillo

Place de la Nation, à Ndjamena, Tchad.
28 Février 2021

La mère de l'opposant est morte suite à des échanges de tirs devant le domicile de Yaya Dillo. Le gouvernement qualifie cette intervention de "riposte".

Ce matin, sur Facebook, Yaya Dillo a publié le post suivant : "Ma maison est encerclée par l'armée et la police. Il est 5 h 14 min". Une heure plus tard, cet ancien rebelle, ancien ministre et parent d'Idriss Déby Itno a indiqué, toujours sur Facebook, qu'ils viennent de "tuer [sa] mère et plusieurs de [ses] parents", avant de mentionner qu'un "blindé à enforcé [sa] porte principale".

Une "riposte", selon le gouvernement

Pour le gouvernement, cette intervention de l'armée et de la police constitue une "riposte", Yaya Dillo "refusant systématiquement de répondre depuis 48 heures à deux mandats judiciaires" et qui a "vertement défié l'autorité de l'Etat en opposant une force de résistance armée".

Cherif Mahamat Zene, le porte-parole du gouvernement, n'a pu être joint au téléphone. Ni lui, ni Jean-Bernard Padare, le porte-parole du MPS, ou encore Frédéric Dainone, l'avocat de Yaya Dillo. Le réseau téléphonique ainsi qu'internet sont perturbés voire coupés depuis ce dimanche 7h20 en temps universel.

Une liste de personnalités à abattre ?

Seul Succès Masra a pu être joint. La figure de l'opposition, candidat à l'élection présidentielle, estime que le président Idriss Déby Itno a une fois de plus "ajouté un argument qui lui enlève toute sa légitimité et sa crédibilité pour diriger ce pays".

"M. Déby utilise des blindés de l'armée - parfois fournis par des partenaires de notre pays, le Tchad, pour la lutte contre le terrorisme dans le Sahel - pour confisquer le pouvoir et pour tuer son propre peuple, pour tuer les familles de ses opposants, ses opposants eux-mêmes également. La liste est en train de se rallonger et nous sommes tous potentiellement des victimes de cette barbarie", dénonce l'opposant.

Succès Masra qui est également au courant d'une liste qui circule sur laquelle est écrit le nom de personnalités à abattre :

"À l'heure où je vous parle, il y a des listes qui circulent. Nous faisons clairement partie des gens qui sont recherchés pour être abattus. D'ailleurs, c'est par l'intermédiaire d'un des membres de la famille de M. Yaya Dillo que nous avons appris que le directeur général de la police a été licencié par M. Déby au motif qu'il avait refusé de tirer à balles réelles sur nos modestes personnes le 6 février dernier, lorsque nous avons organisé la Marche (du Peuple, ndlr). Par la suite, le contrôleur de la police a été lui aussi chassé pour avoir refusé d'organiser l'arrestation de M. Yaya Dillo."

L'élection présidentielle au Tchad aura lieu le 11 avril prochain. Au pouvoir depuis 1990, Idriss Déby Itno visera un sixième mandat consécutif.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.