Congo-Kinshasa: Aller sans retour de Luca Attanasio au Nord-Kivu - La note verbale certifie, le Protocole d'Etat de la RDC dément

Alors que l'assassinat de Luca Attanasio, ambassadeur d'Italie en RDC soulève des doutes de tout côté sur l'origine des tirs, Rome révèle un document qui semble accuser Kinshasa d'avoir négligé le diplomate. Il s'agit d'une note verbale datée du 15 février de l'Ambassade d'Italie en RDC qui atteste que la présence du diplomate Luca à Goma, dans la Province du Nord-Kivu était notifiée au Gouvernement Congolais.

Les circonstances du drame du Convoi du Programme Alimentaire Mondial (PAM), dans lequel se trouvait Luca Attanasio restent jusqu'à présent non élucidées sur plusieurs points. Un document qui circule sur les réseaux sociaux et attribué à l'ambassade d'Italie pourrait accuser le Gouvernement Congolais d'être à la base de la nonchalance qui a occasionné le meurtre du diplomate Italien.

Ce document du 15 février 2021 atteste que les autorités congolaises ont été notifiées du voyage que devait effectuer Luca Attanasio à l'Est de la République Démocratique du Congo, précisément à Goma et Bukavu dans les provinces de Nord et Sud Kivu. Un voyage qui s'inscrit dans le cadre de la visite à la communauté Italienne se trouvant dans ces coins du pays.

Dans un communiqué de presse qui a créé l'imbroglio au ministère de l'intérieur, sécurité et affaires coutumière le directeur adjoint du cabinet de ministre agissant au nom de Gilbert Kankonde, il était renseigné que les autorités congolaises n'avaient pas pu assurer des mesures de sécurisation particulière du Convoi, ni venir en aide lors de cet incident. Motif, aucune information sur la présence de la délégation de l'ambassadeur dans cette partie du pays pourtant instable et en proie à l'activisme de certains groupes armés rebelles nationaux et étrangers.

La question que pourrait soulever cette révélation c'est celle de savoir si les autorités congolaises avaient pu donner un avis favorable sur cette note verbale de l'ambassade Italienne.

Le Protocole d'Etat remet les pendules à l'heure

Alors qu'un document circule sur des réseaux sociaux présentant la notification du diplomate Italien aux autorités congolaises sur son voyage en date du 19 Février, la Direction Nationale du Protocole d'Etat n'a pas tardé de mettre les choses au clair. Dans une mise au point de ce samedi 27 février, ce service du Protocole d'Etat informe à l'opinion tant nationale qu'internationale que le voyage du 19 février demandé en date du 15 était annulé sur ordre du même demandeur et avait promis d'en dresser une note.

La Direction Nationale du Protocole d'Etat souligne dans cette mise au point que ses services ont été surpris d'apprendre dans les premières heures de la matinée du lundi 22 février via les réseaux sociaux l'assassinat de Luca Attanasio. Pourtant, la Direction attendait de l'ambassadeur une note d'annulation du voyage.

Le service renseigne en outre qu'après ses vérifications, le drame s'est produit sur le tronçon Goma-Rutshuru au sein du convoi du Programme Alimentaire Mondial (PAM) qui n'était pas mentionné sur la note verbale du 15 février.

Par ailleurs, l'Antenne du Protocole d'Etat à l'aéroport contactée pour vérifier si l'ambassadeur Luca avait utilisé le Salon pour son embarquement comme il demandait dans la note verbale, les services commis à cet effet ne l'ont jamais vu embarquer.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.