Congo-Kinshasa: Kinshasa - Réouverture effective du Procès de Rossy Mukendi

La réouverture du procès de l'activiste pros-démocratie Rossy Mukendi Tshimanga, tué lors d'une marche pacifique organisée par le Comité Laïc de Coordination (CLC) en 2018, est intervenue le mercredi 24 février 2021, devant le tribunal militaire de Garnison de Kinshasa Matete.

Dans les deux plaintes déposées à l'auditorat Général des FARDC en juin et en septembre 2018, la famille de Feu Rossy Mukendi avait traduit en justice notamment, le Général Sylvano Kasongo, chef de la police de Kinshasa ; Pierrot Mwana Mputu, commissaire supérieur adjoint ainsi que le bourgmestre de la commune de Ngaba. Ces derniers ont été accusés de plusieurs griefs dont l'assassinat de Rossy Mukendi Tshimanga, association de malfaiteurs et recèle des armes et effets du crime.

Il y a lieu de signaler qu'une des sœurs de Rossy Mukendi Tshimanga, via le collectif des avocats, s'était constituée partie civile, mais qui malheureusement a été assignée en témoin, ceux qui a étonné la famille biologique de Rossy Mukendi par l'entremise de maître Arsène Tshimanga.

En mémoire du jour de son assassinat, les membres de la famille s'étaient rendus au cimetière du soldat de la démocratie pour déposer une gerbe des fleurs sur sa tombe. La famille de Rossy Mukendi dit non à l'impunité et souhaite voir la justice établir les responsabilités de son meurtre. Par ailleurs, les mouvements citoyens demandent à la justice l'application de l'Etat de Droit prôné par le Chef de l'Etat, Félix Antoine Tshisekedi.

La mort de ce jeune activiste pro-démocratie était survenue lors d'une marche qui avait pour but d'exiger la tenue des élections conforment à l'accord du centre interdiocésain obtenu grâce aux bons offices des évêques catholiques, membres de la CENCO.

Il faut noter que la réouverture du procès Rossy Mukendi était intervenue à un jour de la commémoration de la troisième année de l'assassinat de ce leader pro-démocratie.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.