Afrique: Fradd 2021 - La gestion de la dette à l'ère de la Covid discutée au cours d'une table ronde

Dans le cadre de la septième session du Forum régional africain pour le développement durable (Fradd 2021), la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (Cea), à travers l'Institut africain de développement et de planification économique (Idep) , en partenariat avec le Gouvernement de la République du Congo, l'initiative pour des sociétés ouvertes en Afrique de l'Ouest (Osiwa), la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (Cnuced) et le Centre d'études et de recherche sur l'analyse économique et politique (Cerape) ont organisé, virtuellement, une table ronde ayant pour thème, « Atelier préparatoire et de renforcement des capacités pour les grands groupes et autres parties prenantes de la région Afrique : mieux avancer sur la gestion de la dette ».

Selon un communiqué de presse de la Cea, l'objectif de cet évènement parallèle était de discuter de l'impact du moratoire de la dette sur l'accès des économies africaines aux marchés des capitaux, en évaluant à quel niveau l'annulation / la gestion de la dette exige des politiques fiscales plus fortes afin d'augmenter les ressources de financement pour le développement et proposer des recommandations spécifiques afin de répondre au besoin d'espace budgétaire pour financer les politiques de développement conformément au programme de développement à l'horizon 2030.

Le Chef de la division de l'apprentissage en ligne et de la gestion des connaissances d'Idep, Thierry Amoussougbo, s'exprimant au nom de la directrice de l'Institut, Karima Ben Soltane, déclare que « une gestion efficace de la dette dans les pays fait partie intégrante d'une gestion des finances publiques saine et d'une bonne gouvernance ».

Il ajoute que « la pandémie de Covid-19 a encore aggravé la situation de la dette. La nécessité de dépenser plus dans une série de mesures de santé publique pour sauver des vies, ainsi que le ralentissement des activités économiques suite à des confinements partiels ou complets et au ralentissement général de l'économie, exercent tous une pression considérable sur les finances publiques.

« La dette doit jouer un rôle significatif et doit être utilisée pour des activités génératrices de revenus qui augmentent la capacité de production des économies de la région. Les pays doivent donc emprunter plus intelligemment, comprendre leurs besoins réels, garantir de bonnes conditions et une gestion efficace de leur dette tout en obligeant les créanciers à respecter des normes plus élevées de transparence et de durabilité », conclut-il.

La directrice exécutive du Centre du commerce international, Mme Pamela Coke-Hamilton, déclare que « la dette est un problème, surtout en Afrique ». Pour elle, « les gouvernements africains doivent être encouragés à soutenir d'urgence les activités économiques ».

Plus de: lejecom

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.