Sénégal: Implication du pouvoir dans l'affaire Sonko - Seydou Guèye dégage en touche

Le ministre-conseiller, coordonnateur de la Communication du Palais et porte-parole du parti au pouvoir, l'Alliance pour la République, a réfuté la thèse du complot impliquant le régime en place dans l'affaire « Sweet beauté » où le leader de Pastef, Ousmane Sonko est accusé de « viols répétés » et « menaces de mort » par Adji Sarr, une employée de salon de beauté. Invité de l'émission Jury du dimanche chez nos confrères d'Iradio hier, dimanche 28 février, Seydou Guèye a indiqué au sujet du refus du leader de Pastef de déférer à la convocation du juge d'instruction dans cette affaire qu'il n'y a pas un citoyen sénégalais qui soit hors de portée de la loi.

Dans l'affaire « Sweet beauté » où le leader de Pastef, Ousmane Sonko est accusé de « viols répétés » et « menaces de mort » par Adji Sarr, Seydou Guèye a formellement réfuté la thèse d'un quelconque complot impliquant le régime en place.

S'exprimant sur cette affaire hier, dimanche 28 février, lors de son passage à l'émission Jury du dimanche chez nos confrères d'Iradio, le ministre-conseiller, coordonnateur de la Communication du Palais et porte-parole du parti au pouvoir, l'Alliance pour la République a indiqué au sujet de cette affaire qui alimente la tension au niveau du débat politique ces derniers jours que «c'est une affaire privée entre deux Sénégalais » et que « ni l'Etat, ni l'Apr, encore moins BBY, n'est mêlé à cela ». « La question en discussion, c'est que nous avons tous appris qu'un homme politique d'envergure, Ousmane Sonko, leader du parti Pastef-Les Patriotes arrivé 3éme à la dernière élection présidentielle, est accusé par une jeune masseuse de 20 ans, de viol dans un salon. Il (Sonko) dit : je me suis rendu nuitamment, j'ai l'habitude de m'y rendre pour prendre des soins de massage. Mais, tout ça, c'est le complot de Macky Sall », a-t-il martelé avant de d'ajouter. « C'est lui-même, Ousmane Sonko, marié à deux femmes, rigoureux sur les questions morales se positionnant sur ce référentiel dans le champ politique jusqu'à créer une identité distinctive, qui s'est rendu volontairement dans un salon pour livrer son corps à une jeune fille de 20 ans ».

Poursuivant son propos, le ministre conseiller, coordonnateur de la Communication du Palais et porte-parole du parti au pouvoir souligne que « ce qui s'est passé dans le salon de massage suite aux accusations de la jeune fille, ni vous, ni moi, ni quelqu'un d'autre ne le sait ». Par conséquent, estime encore Seydou Guèye, « il faut que cette affaire soit tranchée par la justice sans aucune pression venant de quelque bord que ce soit ».

Par ailleurs, interpellé sur le refus annoncé par le leader de Pastef de déférer à la convocation de la justice, Seydou Guèye précise que « nous sommes dans un Etat de Droit. Tous les citoyens sont soumis au droit et il ne peut y avoir dans notre pays, un citoyen sénégalais qui soit hors de portée de la loi parce qu'il a un statut différent des autres. Ousmane Sonko est un justiciable comme vous et moi, comme Adji Sarr et tous les autres ».

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.