Burkina Faso: Lutte contre l'insécurité - Le Japon offre 1,5 milliard F CFA aux FDS

Le ministre des Affaires étrangères, Alpha Barry, a salué le don qui traduit la vitalité des relations bilatérales entre les deux pays.

Le gouvernement japonais a fait don d'un montant d'un milliard et demi F CFA en soutien aux Forces de défense et de sécurité (FDS) burkinabè. L'échange de notes marquant le don a eu lieu, le samedi 27 février 2021 à Ouagadougou.

Le défi sécuritaire se gagne en conjuguant plusieurs efforts. Convaincu de cela et à la suite de l'appel du Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, à une solidarité internationale autour de la question du terrorisme au Sahel, le Japon, pays « ami » du Burkina Faso, a décidé d'y répondre. En effet, le pays du Soleil levant a fait un don d'une valeur d'un milliard 500 millions F CFA en vue de renforcer les capacités opérationnelles des Forces de défense et de sécurité burkinabè (FDS). L'échange de notes marquant officiellement le don est intervenu, dans la matinée du samedi 27 février 2020, à Ouagadougou, entre l'ambassadeur du Japon au Burkina Faso, Kato Masaaki et le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération, de l'Intégration africaine et des Burkinabè de l'extérieur, Alpha Barry.

Aux dires de l'ambassadeur nippon, ce geste s'inscrit dans la nouvelle approche de son pays pour la sécurité en Afrique, définie lors de la TICAD 7, selon laquelle aucun développement ne peut se faire sans la paix et la sécurité. Le présent don, qui fait suite à celui de 3 milliards 250 millions F CFA, intervenu en novembre 2019, est, à l'entendre, une contribution du peuple japonais à l'atteinte des Objectifs de développement durable (ODD), dans sa composante sécurité et paix.

« C'est avec la paix et la sécurité qu'un pays peut mettre l'accent sur le développement des secteurs comme les routes, l'eau, l'économie, la santé, l'éducation, la formation professionnelle », s'est-il convaincu. Kato Masaaki a, par ailleurs, souhaité un bon usage du matériel qui sera acquis grâce à ce don.

« Ensemble avec les bénéficiaires, nous mettrons tout en œuvre pour l'atteinte des objectifs communément fixés à travers ce don », a rassuré le ministre en charge des affaires étrangères.

Alpha Barry a souligné l'importance de ce geste du Japon qui intervient à un moment où le Burkina Faso est confronté à une difficile situation sécuritaire qui a occasionné beaucoup de pertes en vies humaines et de nombreux déplacés internes. En plus de contribuer à la lutte contre l'insécurité, de façon générale, cette somme va permettre, foi du ministre Barry, aux Forces de sécurité intérieure, notamment à la Police nationale, de se doter de plus de matériels et d'équipements dans le combat contre le grand banditisme.

« L'actualité fait état d'actes de cambriolage quasi quotidien dans les deux grandes villes du pays, à savoir Ouagadougou et Bobo-Dioulasso. Face à cette situation, et étant donné que notre système de sécurité dispose de brigades mobiles qui maillent ces deux grandes villes, nous envisageons de renforcer ce dispositif grâce à ce soutien du Japon », a-t-il laissé entendre.

Le ministre Barry a donc exprimé sa reconnaissance au peuple japonais pour ce geste d'amitié qui traduit la vitalité des relations bilatérales entre les deux pays. « Le partenaire technique et financier, que vous êtes, n'a eu de cesse de soutenir les efforts de développement du Burkina Faso. Rien que le 25 février dernier, vous avez fait don d'une somme de six milliards 500 millions F CFA pour la construction d'infrastructures scolaires. Cela montre à quel point votre peuple est généreux et sensible au développement du Burkina », a-t-il dit au diplomate nipon. Il a, par ailleurs, promis que le peuple burkinabè se donnera les moyens, grâce à l'appui de ses partenaires, pour relever les défis qui se présentent à lui, notamment celui sécuritaire.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.