Angola: La Sonangol entre dans la phase d'optimisation

Luanda — Le plan de restructuration de la Sonangol, qui a déjà pris plus de deux ans (25 mois) de mise en œuvre, a permis de réduire les entreprises sous sa tutelle, d'un total de 21 à six unités, étant désormais en phase d'optimisation de sa structure.

Dans le cadre de cette «réforme», la compagnie pétrolière nationale est devenue plus «petite», les yeux fixés sur sa véritable vocation, c'est-à-dire la concrétisation de sa vision, d'être une société de référence sur le continent africain et engagée avec la durabilité.

Ce processus a fait en sorte que 18 filiales soit réduites à cinq unités et a donné lieu à la création d'une «Holding» (société gestionnaire de participations sociales) qui comprend désormais certaines unités non nucléaires, comme la Sonair, la clinique Girasol, entre autres.

Les unités désormais créées, selon une source de l'Angop près de la Sonangol, sont à savoir celles d'«Exploration et Production», de «Raffinage et Pétrochimie», de «Distribution et Commercialisation», de «Gaz et Energies Renouvelables» et «Trading and Shipping» (commerce et expédition).

Dans le cadre du processus de restructuration, certaines filiales ont fusionné et d'autres ont même été éteintes, sans mettre en péril les opérations.

À ce sujet et dans le processus de privatisation, récemment, le directeur de la planification et du contrôle de gestion de la Sonangol, Edilson Pongolola, a déclaré à la Radio Nationale d'Angola, que le plan de régénération de la Sonangol remplissait toute l'étape initialement définie.

Cette restructuration a consisté / consiste en sa transformation, en mettant l'accent sur la compétitivité des entreprises, la rentabilité des actifs, dans la chaîne de valeur pétrolière et gazière, conformément aux normes de qualité internationales, en préservant la santé, la sécurité et l'environnement.

Dans une autre interview, le 23 janvier, à Diário de Notícias, le président de Sonangol, Sebastião Gaspar Martins, a indiqué qu'il était consommé la séparation formelle de la fonction de concessionnaire, transformant la société en un groupe de cinq unités commerciales et un autre qui consolide les affaires non nucléaires.

Sebastião Gaspar Martins a dit que l'objectif est d'optimiser les processus et de réduire l'exposition financière, l'influence du secteur entrepreneurial public sur l'économie et d'accéder à des revenus complémentaires pour le financement continu de la restructuration entrepreneuriale.

Le gestionnaire a expliqué que la Sonangol a initié la privatisation et la vente d'intérêts dans plusieurs entreprises, pour un total de 56 actifs, à travers un processus qui se poursuivra jusqu'en 2022, ainsi que la nouvelle macrostructure, en vue de rendre l'entreprise plus robuste et agile.

Dans ce cadre, il a assuré la mise à jour du modèle de carrière, le développement des compétences, après l'identification des initiatives d'optimisation, de formation et de rajeunissement du personnel, comme moteur de la continuité de l'activité pétrolière.

Dans le cadre de cette «réforme», la compagnie pétrolière nationale est devenue plus «petite», les yeux fixés sur sa véritable vocation, c'est-à-dire la concrétisation de sa vision, d'être une société de référence sur le continent africain et engagée avec la durabilité.

Ce processus a fait en sorte que 18 filiales soit réduites à cinq unités et a donné lieu à la création d'une «Holding» (société gestionnaire de participations sociales) qui comprend désormais certaines unités non nucléaires, comme la Sonair, la clinique Girasol, entre autres.

Les unités désormais créées, selon une source de l'Angop près de la Sonangol, sont à savoir celles d'«Exploration et Production», de «Raffinage et Pétrochimie», de «Distribution et Commercialisation», de «Gaz et Energies Renouvelables» et «Trading and Shipping» (commerce et expédition).

Dans le cadre du processus de restructuration, certaines filiales ont fusionné et d'autres ont même été éteintes, sans mettre en péril les opérations.

À ce sujet et dans le processus de privatisation, récemment, le directeur de la planification et du contrôle de gestion de la Sonangol, Edilson Pongolola, a déclaré à la Radio Nationale d'Angola, que le plan de régénération de la Sonangol remplissait toute l'étape initialement définie.

Cette restructuration a consisté / consiste en sa transformation, en mettant l'accent sur la compétitivité des entreprises, la rentabilité des actifs, dans la chaîne de valeur pétrolière et gazière, conformément aux normes de qualité internationales, en préservant la santé, la sécurité et l'environnement.

Dans une autre interview, le 23 janvier, à Diário de Notícias, le président de Sonangol, Sebastião Gaspar Martins, a indiqué qu'il était consommé la séparation formelle de la fonction de concessionnaire, transformant la société en un groupe de cinq unités commerciales et un autre qui consolide les affaires non nucléaires.

Sebastião Gaspar Martins a dit que l'objectif est d'optimiser les processus et de réduire l'exposition financière, l'influence du secteur entrepreneurial public sur l'économie et d'accéder à des revenus complémentaires pour le financement continu de la restructuration entrepreneuriale.

Le gestionnaire a expliqué que la Sonangol a initié la privatisation et la vente d'intérêts dans plusieurs entreprises, pour un total de 56 actifs, à travers un processus qui se poursuivra jusqu'en 2022, ainsi que la nouvelle macrostructure, en vue de rendre l'entreprise plus robuste et agile.

Dans ce cadre, il a assuré la mise à jour du modèle de carrière, le développement des compétences, après l'identification des initiatives d'optimisation, de formation et de rajeunissement du personnel, comme moteur de la continuité de l'activité pétrolière.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.