Ile Maurice: Arrestation pour l'assassinat de Fakhoo - Un autre avocat se plaint de non-accès à son client

Me Yash Bhadain a porté plainte au poste de Line Barracks, samedi 27 février. La police aurait refusé qu'il rencontre son client. L'homme de loi dit s'être rendu à la Major Crime Investigation Team (MCIT) après que des proches d'Anas Sadullah, un des suspects arrêtés dans l'enquête sur l'assassinat de Manan Fakhoo, ont aussi retenu ses services.

Il a demandé à s'entretenir avec son client mais la police aurait refusé sa demande. Anas Sadullah est aussi représenté par Me Sandiram Poonisamy. Les deux avocats se sont rendus à la MCIT samedi. Selon Me Yash Badhain, les enquêteurs interrogeaient son client sans la présence de ses hommes de loi.

Me Yash Badhain a de nouveau porté plainte dimanche au poste de Vacoas cette fois après qu'on a encore une fois refusé qu'il ne s'entretienne avec son client, qui est incarcéré au centre de détention de Vacoas, et qui avait formulé une demande en ce sens.

Selon l'avocat, les proches d'Anas Sadullah comptent de rendre à l'Independent Police Complaints Commission.

Pas de brutalité

Rappelons que Mes Rouben Mooroongapillay, Shameer Hussenbocus et Bilaal Oozeerally ont aussi porté plainte en cour de Rose-Hill le 22 février lors de la comparution de leurs clients qui n'ont pu bénéficier de l'assistance d'un homme de loi depuis leur arrestation.

Toutefois, une source aux Casernes centrales explique qu'Anas Sadullah n'a jamais été victime de brutalité et que ses droits constitutionnels n'ont pas été bafoués. «Il a comparu en cour de Rose-Hill, vendredi. Il n'a jamais fait part au magistrat qu'il a été victime de sévices.»

D'ailleurs, il a pu aussi s'entretenir avec un des avocats que sa famille a sollicités. Il a donné sa version des faits «on camera», confie notre interlocuteur. «Inn dimann li si linn gayn bate, si inn fors li pou donn lenket. Linn dir ki li pann gayn bate et ki li finn koze volonterman.»

12 personnes interrogées arrêtées au total

Au total, 12 personnes ont été arrêtées depuis le début de cette affaire. Yassin Meetou et son frère Belal Meetou, 30 ans, domiciliés à Vallée-Pitot, leur neveu Muntasir Gokool, 27 ans, de Vallée-des-Prêtres, Noorudhin Bhollah, 29 ans, de Vallée-Pitot, également apparenté aux Meetou, Ajum Beeharry, 26 ans, de Camp-Yoloff. Multazaam Sadullah, 26 ans, de Vallée-Pitot et son frère, Mursallat Sama Sadullah, 21 ans, de Beau-Bassin, ainsi que ses trois cousins, Mohamad Saif Sama Sadullah, 24 ans, Sheik Muhammad Anas Sadullah, 20 ans, tous de Beau-Bassin.

Les deux cousins Antish Gowry, 30 ans, et Nitish Yerukanaidoo, 36 ans, deux habitants de St-Pierre ont eux retrouvé la liberté conditionnelle le 17 février après avoir été arrêtés pour tentative de meurtre. Une semaine avant la mort de Manan Fakhoo ils avaient eu une altercation avec la victime sur une aire de stationnement à Grand-Baie et ils ont nié être mêlés aux coups de feu.

Un habitant de Beau-Bassin, âgé de 27 ans, arrêté jeudi, a lui comparu en cour pour possession de drogue car le jour de la fusillade à l'angle des rues Martindale et Swami Dayanand à Beau-Bassin, il aurait vendu de la drogue aux cousins Sadullah.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.