Afrique: Allocution liminaire du Directeur général de l'OMS lors du point de presse sur la Covid-19 - 26 février 2021

Lundi, les gouvernements de la Suède et de la Suisse et l'Organisation des Nations Unies organiseront une réunion virtuelle de haut niveau pour recueillir des dons pour le Yémen. Le Yémen est le théâtre de la plus grande crise humanitaire en cours dans le monde, avec plus de 20 millions de personnes ayant besoin d'aide humanitaire. Le Plan de riposte pour 2021 prévoit de collecter 3,85 milliards de dollars des États-Unis. J'exhorte les donateurs à se montrer généreux.

Mercredi, le Ghana est devenu le premier pays en dehors de l'Inde à recevoir des doses de vaccin contre la COVID-19 du Mécanisme COVAX. Il y a quelques heures à peine, la Côte d'Ivoire a reçu ses premières doses, et d'autres doses seront expédiées dans d'autres pays dans les jours et les semaines à venir, alors que nous progressons vers la réalisation de notre objectif qui est d'avoir commencé la vaccination dans tous les pays du monde dans les 100 premiers jours de l'année.

Le moment est venu d'utiliser tous les moyens possibles pour intensifier la production, y compris l'octroi de licences et le transfert de technologie, et, le cas échéant, les dérogations à la propriété intellectuelle. Si ce n'est maintenant, quand le ferons-nous ?

Mercredi, l'OMS a officiellement lancé son Plan stratégique de préparation et de riposte pour 2021, qui présente six objectifs et les 10 piliers essentiels de la riposte. Le Plan stratégique 2021 décrit comment l'OMS aidera les pays à atteindre ces objectifs et les ressources dont nous avons besoin pour le faire.

--------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour, bon après-midi et bonsoir.

Lundi, les gouvernements de la Suède, de la Suisse et l'Organisation des Nations Unies organiseront une réunion virtuelle de haut niveau pour recueillir des dons pour le Yémen.

Le Yémen est le théâtre de la plus grande crise humanitaire en cours dans le monde, avec plus de 20 millions de personnes ayant besoin d'aide humanitaire.

Plus de cinq millions de personnes sont aujourd'hui menacées de famine. Et déjà, un demi-million d'enfants de moins de cinq ans pourraient mourir de faim dans les semaines à venir, à moins qu'ils ne bénéficient d'une prise en charge de toute urgence.

Tout cela, alors même que le système de santé déjà fragile a dû faire face à la COVID-19.

La crise actuelle intervient à un moment où, après des années de conflit, il existe désormais une réelle possibilité de paix au Yémen. Nous devons saisir cette occasion.

Il y a deux ans, un financement généreux a permis de faire reculer la famine. Il est temps d'intensifier à nouveau notre action. La situation actuelle est encore plus grave.

Le Plan de riposte pour 2021 prévoit de collecter 3,85 milliards de dollars des États-Unis. J'exhorte les donateurs à se montrer généreux.

===

Mercredi, le Ghana est devenu le premier pays en dehors de l'Inde à recevoir des doses de vaccin contre la COVID-19 du Mécanisme COVAX.

Il y a quelques heures à peine, la Côte d'Ivoire a reçu ses premières doses, et d'autres doses seront expédiées dans d'autres pays dans les jours et les semaines à venir, alors que nous progressons vers la réalisation de notre objectif qui est d'avoir commencé la vaccination dans tous les pays du monde dans les 100 premiers jours de l'année.

Il nous reste désormais 43 jours.

Je voudrais remercier nos partenaires de Gavi, de la CEPI et de l'UNICEF au sein du Mécanisme COVAX, qui nous ont aidés à en arriver là, ainsi que les États Membres qui ont fourni les ressources.

Nous avons fait des progrès. Mais ces progrès sont fragiles. Nous devons accélérer l'approvisionnement en vaccins et leur distribution, et il nous est impossible de le faire si certains pays continuent de démarcher les fabricants qui produisent les vaccins sur lesquels le Mécanisme COVAX compte.

Ces comportements portent préjudice au Mécanisme COVAX et privent les agents de santé et les personnes vulnérables du monde entier de vaccins vitaux.

Le moment est venu d'utiliser tous les moyens possibles pour intensifier la production, y compris l'octroi de licences et le transfert de technologie et, le cas échéant, les dérogations à la propriété intellectuelle. Si ce n'est maintenant, quand le ferons-nous ?

Je comprends très bien que tous les gouvernements ont l'obligation de protéger leurs propres populations.

Mais la meilleure façon d'y parvenir est de supprimer le virus partout en même temps.

Il est aussi important de se souvenir que même si les vaccins sont un outil très puissant, ils ne sont pas le seul outil.

Nous devons encore accélérer la distribution d'outils de diagnostic rapides, d'oxygène et de dexaméthasone.

À cet égard, nous saluons la déclaration de solidarité du Conseil européen qui s'est engagé aujourd'hui à ce que l'Union européenne apporte sa juste contribution au financement de l'Accélérateur ACT.

Et nous devons également nous rappeler que depuis plus d'un an maintenant, de nombreux pays ont réussi à prévenir ou à maîtriser la transmission sans vaccins, grâce à des mesures de santé publique éprouvées.

Mercredi, l'OMS a officiellement lancé son Plan stratégique de préparation et de riposte pour 2021, qui présente six objectifs et les 10 piliers essentiels de la riposte.

Le Plan stratégique 2021 décrit comment l'OMS aidera les pays à atteindre ces objectifs et les ressources dont nous avons besoin pour le faire.

De nombreux pays ont utilisé le Plan stratégique de l'année dernière comme base de leur riposte nationale, l'adaptant et l'appliquant à leur propre contexte.

L'un des pays qui a évité une crise majeure malgré les prévisions issues de divers modèles est le Nigéria.

Avec la plus grande population d'Afrique, la plus importante économie et la plus grande ville du continent, le Nigéria et ce qui se passe dans le pays influent sur ce qui se passe en Afrique.

Aujourd'hui, je suis ravi d'être rejoint par le Dr Chikwe Ihekweazu, Directeur général du Centre nigérian de lutte contre les maladies, et par le Chef du bureau de pays de l'OMS au Nigéria, le Dr Walter Kazadi Mulombo.

Le Dr Chikwe est l'un des plus grands experts en santé publique d'Afrique - et du monde. Mon frère, merci beaucoup de vous joindre à nous aujourd'hui pour nous parler de l'expérience et de la riposte du Nigéria face à la COVID-19. Vous avez la parole.

[Le Dr Chikwe s'adresse aux médias]

Merci beaucoup, Chikwe, et merci pour votre soutien, votre leadership et votre perspicacité au cours de cette dernière année.

Lors de ces conférences de presse chaque semaine, les médias du monde entier voient le personnel du Siège de l'OMS, et nos six bureaux régionaux tiennent également leurs propres points de presse.

Ceux que vous ne voyez pas assez souvent, ce sont nos collègues des 150 bureaux de pays de l'OMS, qui soutiennent les pays au quotidien pour se préparer à la COVID-19, prévenir la maladie et y riposter.

L'OMS ne se contente pas de parachuter son personnel dans les pays en cas d'urgence. Notre personnel est là tous les jours, année après année, travaillant avec le gouvernement et les communautés pour faire face à l'ensemble des menaces pour la santé auxquelles ils sont confrontés.

Je suis donc très heureux d'accueillir aujourd'hui le Dr Walter Kazadi Mulombo, Représentant de l'OMS au Nigéria. Walter, merci de vous joindre à nous. Vous avez la parole.

[Le Dr Kazadi Mulombo s'adresse aux médias]

Merci beaucoup, Walter, et j'adresse mes salutations à tous nos collègues du bureau de pays du Nigéria. Recevez tous mes remerciements et l'assurance de mon respect.

Je suis fier de vous tous, et fier d'appartenir à l'OMS.

Fadéla, c'est à vous.

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.