Algérie: Paramédical - 10.000 postes pédagogiques ouverts

Alger — Le directeur de la formation au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Toufik Amrani a fait état de "l'ouverture de 10.000 postes pédagogiques pour les paramédicaux", à pourvoir dans le cadre d'un concours national pour l'accès à trois spécialités d'aides médicaux.

"Les dix mille (10.000) postes budgétaires ouverts par la Fonction publique au profit pour les candidats justifiant un niveau scolaire de la troisième année secondaire, concernent les aides-soignants généraux, les assistants fauteuil dentaire et les auxiliaires en puériculture", a précisé l'APS le même responsable, indiquant que cette opération s'inscrit dans le cadre du plan élaboré par le ministère après l'ouverture des inscriptions, le 4 février dernier via la plateforme numérique qui a été créée dans le but d'assurer la décentralisation et de faciliter la procédure pour les citoyens".

A cet effet, le ministère a reçu plus de 240.000 demandes de candidatures à travers le territoire national, a ajouté M. Amrani, qui a fait savoir que la clôture des inscriptions sera à partir du mardi 02 mars, après l'approbation des listes par les directions de la Santé et de la Population (DSP) de wilayas.

Les candidats retenus, ajoute-t-il, peuvent imprimer leurs convocations, le 08 mars 2021, et se présenter au concours qui aura lieu le 13 mars.

Au bout de deux ans d'études au niveau des différents centres de formation du pays, l'étudiant obtient un certificat dans les spécialités d'aides-soignants généraux, d'assistants fauteuil dentaire et d'auxiliaires en puériculture.

M. Amrani a affirmé ,par ailleurs, que cette formation intervient pour combler le déficit dont souffrent les différents établissements de santé en matière d'agents paramédicaux, socle de diverses activités médicales, et ce après le départ volontaire en retraite dans les années 2015/2016 et la suspension de la formation pour sept ans au milieu des années 2000.

Le même responsable, a par ailleurs, imputé ce déficit à la forte demande enregistrée en la matière et à l'ouverture de nouvelles structures sanitaires, ce qui a requis, a-t-il ajouté, l'ouverture de nouveaux centres de formation en paramédical dans les wilayas qui ne disposaient auparavant pas de ces spécialités, tout en renforçant ces structures en les dotant en maîtres-assistants et en ressources humaines.

Lire aussi: Benbouzid et Mesbah abordent l'amélioration de la prise en charge sanitaire des citoyens

Pour le responsable, le déficit se fait toujours sentir pour les paramédicaux bacheliers, au niveau de plusieurs établissements de santé du pays, ce qui a poussé les Pouvoirs publics à mettre en place un plan de formation en la matière, pour les trois années prochaines.

Ceci contribuera à combler ce déficit et concrétiser, à l'avenir, une gestion ordinaire des établissements de santé, a-t-il ajouté.

S'agissant de la formation dans les écoles privées dont les diplômés sont confrontés à des difficultés de recrutement, le même intervenant a indiqué que conformément aux lois en vigueur, ces diplômés sont orientés exclusivement vers les cliniques privées, mais pouvant, toutefois, être recrutés dans le secteur public, s'ils n'arrivent pas à trouver des postes dans le privé.

Le responsable a indiqué, à l'occasion, que le ministère s'emploie à aider et encourager les écoles privées de formation paramédicale, à diversifier les spécialités et à en créer d'autres, à même de permettre l'octroi de postes dans les deux secteurs public et privé, avec création de postes pédagogiques d'assistants en pharmacie.

Le but étant de consolider le partenariat entre les deux secteurs public et privé en matière de formation paramédicale, toutes spécialités confondues et de résorber le chômage.

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.