Algérie: Djanet..diverses potentialités aux perspectives de développement prometteuses

Djanet — Nouvellement promue au rang de wilaya aux prérogatives à part entière à la faveur de la décision du président de la république, conformément à la loi relative au découpage territorial du pays, Djanet, "perle du Tassili", aura à occuper la place qui lui sied au titre de la carte monographique du pays.

Confinée à l'extrême Sud-est du pays sur une surface de 84.168 km2, occupée par une population de plus de 26.595 âmes, réparties notamment à travers ses deux communes du chef lieu de la wilaya et de Bordj El-Houas, Djanet, limitrophe aux frontières Libyennes et Nigériennes, offre d'importantes potentialités minières et touristiques la hissant en pôle économique par excellence.

Des atouts touristiques considérables

Distante de quelques 2.300 Km d'Alger, Djanet, "la Perle du désert" constitue à chaque avènement de la saison touristique, un point de convergence des touristes nationaux et étrangers qui viennent découvrir les grands atouts que recèle cette vaste région et dévoiler certains volets des mystères de l'art architectural traditionnel marquant les trois vieux Ksour ancestraux d'El-Mihane, Azelouaz et Adjahil, classés patrimoine national sauvegardé, conférant à la ville de Djanet, sur fonds de couleurs blanche et rouge brique, une image saharienne féerique unique.

Cette région saharienne peut, à l'instar d'autres collectivités territoriales du pays, s'enorgueillir de ses impairs atouts largement dominés par le grand parc national culturel du Tassili-N'Ajjer, plus vaste musée à ciel ouvert, où foisonnent de multiples sites géologiques et gravures rupestres aux valeurs historiques et artistiques, classé en 1982 au titre de la liste du patrimoine universel.

A cette richesse et splendeur naturelle que renferme la nouvelle wilaya, vient se greffer l'Oasis d'Ihrir, classée en 2001 zone humide à importance mondiale au titre de la convention de Ramsar.

La zone humide offre une panoplie de facteurs d'attrait touristique, dont les plans d'eau servant de lieu de vie et de prédilection de la richesse floristique et faunistique, avifaune composée d'oiseaux migrateurs.

L'intérêt que revêtent ces atouts touristiques et artisanaux dans la région, traduits par pas moins de 41 agences touristiques et quatre (4) structures hôtelières, ne peuvent, toutefois, occulter les efforts fournis par la population locale, à l'appui des pouvoirs publics, pour booster l'investissement dans d'autres créneaux, dont le minier en foisonnement à travers le territoire de Djanet.

Par souci d'exploiter la richesse minière diverse de Djanet, les pouvoirs publics ont opté pour la mise en place de mécanismes d'exploitation des gisements miniers dans un cadre artisanal organisé, ayant donné lieu au montage par des jeunes de plus d'une centaine de micro-entreprises versées dans les activités minières.

Un ambitieux programme de développement pour les zones d'ombre

La wilaya de Djanet s'est vue accorder un programme de 27 opérations de développement, tous secteurs confondus, d'un montant d'investissement de plus d'un (1) milliard de dinars, destiné au développement et l'amélioration des conditions de vie des populations des dix (10) zones

d'ombre y rattachés, dont Tadenet, Tini, In-Berber, Tinelkom, Ifri, Ahdjarne, Tourrest, Tasset, Ihrir et Tabket.

Ces projets, dont une vingtaine en ont été concrétisés, portent sur le désenclavement des régions, la réalisation de nouvelles routes et réhabilitation d'autres tronçons, l'aménagement urbain, le raccordement aux réseaux divers, l'entretien des réseaux d'assainissement et réalisation de l'éclairage public, la réhabilitation et l'équipement des forages en kits solaires et la réalisation des aires de jeux de proximité.

Le secteur de la santé s'est également étoffé d'un projet d'un nouvel hôpital de 160 lits, dont les travaux de réalisation seront lancés prochainement.

Retenu sur un terrain y servant d'assiette de 57.000 m2, cet acquis médical devra contribuer indubitablement à la promotion des prestations médicales, et atténuer la pression sur l'établissement public hospitalier EPH-60 lits de la cité Ifri, et renforcer les structures existantes, un EPH, deux EPH de proximité, 11 salles de soins et un centre de contrôle épidémiologique.

Dans l'optique de protéger la ville de Djanet des dangers d'inondation, l'on relève la réception en avril prochain de trois ouvrages d'art, actuellement à un stade d'avancement de 97%.

La promotion de Djanet au rang de wilaya favorablement accueillie

La décision présidentielle d'hisser Djanet en wilaya à part entière a été favorablement accueillie par la population locale qui s'est félicité de cette décision aux larges retombées économiques et sociales prometteuses pour cette région frontalière.

Le directeur du tourisme, de l'artisanat et du travail familial, Amine Hammadi, a estimé que la promotion de Djanet au rang de wilaya avec de larges prérogatives réglementaires "devra donner une nouvelle dynamique à la cadence de développement et aux efforts de l'Etat pour la relance des divers secteurs d'activités, notamment touristique".

De son côté, la responsable locale de l'union national des femmes algériennes (UNFA), Djamila Abba, a qualifié la décision de "grand tournant vers un avenir radieux pour la population locale, notamment les jeunes", avant d'appeler à la conjugaison des efforts pour hisser ce nouveau né (Wilaya) à la hauteur des attentes de la population.

L'acteur du mouvement associatif, Omar Ayoub, a indiqué pour sa part, que la promotion dont a joui Djanet traduit l'intérêt grandiose qu'accordent les hautes autorités du pays aux régions du Sud du pays pour la relance et la propulsion de la cadence du développement et la promotion des conditions de vie de leurs populations locales.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.