Madagascar: Maka Alphonse - « Crainte d'une crise sociale et politique »

Le CFM prône le dialogue.

Le CFM a pour rôle de formuler des recommandations de nature à permettre la résolution de toutes les situations conflictuelles.

La première Assemblée générale du CFM pour l'année 2021 s'est tenue, hier, en son siège à Ampefiloha, et ce, suivant la loi n°2016-037 relative à la réconciliation nationale. Le discours d'ouverture de son président, Maka Alphonse, a été surtout axé sur les actualités nationales notamment politiques. Le CFM ne devrait pas se taire face aux dissensions entre le pouvoir et l'opposition. Il lance ainsi un appel à l'apaisement. A lui de constater également que les provocations entre les deux parties ne cessent de s'amplifier, et ce, par le biais de l'audiovisuel et des réseaux sociaux. Le président du CFM n'a pas manqué non plus de parler des tensions qui sévissent au pays actuellement. Il a cité, entre autres, les manifestations au niveau des universités, à savoir Toamasina, Toliara, Fianarantsoa, ENS et Vontovorona. Sans parler des Paramed. Il a ainsi émis sa crainte d'une crise sociale et politique.

Dialogue. Le CFM estime qu'il s'avère nécessaire de procéder à un dialogue entre les forces vives de la Nation. Maka Alphonse a ainsi souligné que « Nous n'avions pas besoin de l'ingérence extérieure... Mais ce qui nous enchante le plus c'est que le dialogue prôné par le CFM a porté ses fruits, étant donné que les deux parties, en l'occurrence le pouvoir et l'opposition estiment l'importance du dialogue et nous n'avons de cesse de lancer un appel à l'apaisement et de savoir s'écouter». Faut-il rappeler que le CFM contribue à instaurer une atmosphère politique sereine pour garantir la non-répétition des situations conflictuelles pouvant porter atteinte à l'unité nationale d'une part, et d'autre part un environnement favorable au respect de la Constitution, de l'Etat de droit, au respect des droits de l'homme et l'approche genre.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.