Madagascar: Université Barikadimy - Une grève commanditée selon le Président

La manifestation estudiantine à Toamasina a été commanditée , selon Conscient Zafitody.

Après les échauffourées à Toamasina, le président de l'université de Barikadimy, Conscient Zafitody, a enfin décidé de sortir de son silence et mettre les points sur les « i ». Il parle d'une manœuvre fomentée par un groupe d'individus pour l'éjecter de sa place

Si au début, les revendications des étudiants se concentraient sur le paiement de leurs bourses d'études, la donne a changé après les échauffourées qui ont fait un mort parmi les étudiants à l'Université de Toamasina. Ces derniers revendiquent dorénavant le départ du président de l'Université, Conscient Zafitody. Les étudiants de l'Université de Maninday à Toliara ont aussi soutenu leurs camarades et réclament eux-aussi le limogeage de Conscient Zafitody durant leurs manifestations en fin de semaine. Joint au téléphone, il n'avait pas l'air très étonné par rapport à ces revendications et ira même jusqu'à dire que c'est une grève commanditée.

« Selon le témoignage des étudiants, un des leaders de cette manifestation aurait été contacté par un haut responsable qui a donné des consignes, voire même un ordre pour la poursuite de la grève. Selon les dires des étudiants, une personne occupant une place importante dans l'organisation de la grève aurait donné un ordre explicite à un responsable sur place à la suite du malheureux incident entraînant le décès de John Elie. Résonant du haut-parleur du téléphone, les instructions étaient claires : « ne stoppez pas, ne stoppez surtout pas votre grève, je vous soutiens et ensemble nous allons expulser le président ! ».

« Quelques zones d'ombre ont été éclaircies après des enquêtes qui ont été effectuées. Il y a eu des révélations, notamment, trois leaders principaux de la grève ont reçu un montant de 19 millions d'ariary pour organiser le soulèvement et revendiquer la démission du président de l'université. À la lueur de ces événements, il est maintenant évident comment les manifestants ont pu se procurer une copie du bordereau d'envoi de la transaction vers le compte de l'université ; une pièce qui a bien entendu un caractère confidentiel », a-t-il indiqué.

D'après les indiscrétions, ces échauffourées sont loin d'être le fruit du hasard. Certains pointent du doigt ce président de l'université de Barikadimy de convoiter le poste du ministre. « Comme je suis mû par la volonté de voir l'enseignement supérieur se développer, il est tout à fait normal d'avoir cette ambition afin de pouvoir mettre en pratique ses idées.

D'ailleurs, selon vous, suis-je la seule personne à convoiter le poste de ministre ? Je ne pense pas que là soit le problème, bien qu'il soit évident que certaines pratiques sont utilisées pour nuire à la réputation d'une personne », se désole-t-il, avant de poursuivre « toutes les personnes qui ont, bien entendu, le minimum requis pour le poste ont bien le droit de se présenter, cela ne constitue en aucun cas un problème à mes yeux. Il faut savoir que des rumeurs ont mis en avant la possibilité d'un remaniement. En bon citoyen soucieux d'apporter ma participation au développement du pays et de mon secteur d'activité, j'ai présenté ma candidature », a-t-il conclu.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.