Madagascar: Ils ont fait le buzz - « Marcelin » et « Marcelia » à vendre

L'achat de deux enfants, à 20 000 ariary, est devenu possible cette année avec « Reny mahory ». « Marcelin » et « Marcelia » sont les noms des enfants « à vendre ». 10 000 ariary par tête.

C'est ce que les réseaux sociaux ont produit de beau le 22 février depuis Ankililoaka (Toliara II). Selon la publicatrice, Stéphanie Tsiindragna Crispin's Roots : « deux frères que la mère a voulu vendre par manque de nourriture. Elle avait pris cette décision car elle n'en aurait pas eu le choix ». Selon toujours cette personne/témoin, elle et ses acolytes ont essayé de raisonner la mère/vendeuse pour qu'elle ne vende pas ses enfants. Mission accomplie, pour un jour seulement...

Stéphanie Tsiindragna Crispin's Roots a ensuite demandé : « quel est le département qui devrait les prendre en main ? ». Une question compliquée, car dès que cette aide sera dilapidée, la mère ira trouver un « marché » où vendre ses bébés, des jumeaux. Elle pourrait aussi prendre goût à utiliser ses progénitures comme moyen de soutirer quelques aides financières. Si la planète « facebook » malgache ne s'est pas enflammée devant les images, ces dernières ont cependant soulevé les bonnes questions et réponses chez les internautes.

« Vaut mieux qu'elle les vende au lieu de tout simplement les jeter (tuer) », argumente une partie des commentateurs et commentatrices. Entre les deux maux, autant choisir le moindre. Pour ainsi dire, quand la pauvreté est norme et conseil. Qui penserait qu'en cette année 2021, cela serait possible. Presque dix années de marche vers le changement. Une future autoroute. Des téléphériques. Peut-être même, comme il est permis de rêver, le premier malgache à marcher sur la lune. Et enfin des enfants de quelques mois se vendent comme du linge usagé. Bienvenue à Madagascar de 2021.

« Et où se trouve le père dans tout cela ? », réagit un « facebookeur ». La question à un million de dollars. Une réaction attendue et légitime dans une telle situation. A se demander si les parties de jambes en l'air sont uniquement dédiées à la procréation ou un moyen a priori gratuit pour profiter de ce buffet des plaisirs. Le malgache et le sexe, ces deux concepts vont au-delà de ce que l'intelligence collective a toujours priorisé. Ce sujet pourrait être autant rassembleur que créateur de divisions, pire que la « cause côtière », la « religion », la « politique »... Puisqu'il intègre la politique, l'économie, le culturel, le social, le sport...

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.