Congo-Brazzaville: Forêt de la Sangha - L'ONG WWF engagée pour le respect des droits des autochtones

Suite aux révélations d'abus commis contre les communautés locales et autochtones « Baka », ces derniers mois dans la Sangha, le Fonds mondial pour la nature (WWF) a décidé de réviser son plan d'actions et d'adopter des mesures destinées à renforcer la protection des droits de la population riveraine.

Depuis mars 2018, WWF fait l'objet des critiques relatives aux abus des droits de l'homme perpétrés par des écogardes du gouvernement congolais travaillant au sein du projet conjoint Etic, dans le département de la Sangha, en République du Congo. Il est reproché à cette ONG internationale, par exemple, de graves violations des droits humains dans l'exécution d'un projet de création de l'aire protégée de Messok Dja, une localité au nord du pays. Des autochtones « Baka » s'opposant au projet ont été « battus, torturés, abusés sexuellement, arrêtés à tort et tués » par les écogardes.

Le bureau international de WWF, après ces révélations, avait sollicité les services d'un groupe d'experts indépendants pour enquêter sur les différentes allégations. La mission des experts consistait, d'un côté, à évaluer le rôle du WWF, examiner les politiques, la gouvernance , les processus d'assurance qualité et de gestion des risques de l'organe de conservation, puis de l'autre côté, à proposer des mesures, en vue de renforcer des mesures de protection des droits de l'homme puis de prévenir d'éventuels abus sur le terrain.

Après dix-neuf mois de travail sur le terrain, les experts indépendants ont formulé une cinquantaine de recommandations couvrant les activités de l'ONG WWF et des programmes nationaux. « Ces recommandations donnent à WWF l'occasion d'écouter, d'apprendre et d'agir, afin de mieux protéger les droits des communautés locales et autochtones voisines des districts de Sembé-Ngbala-Souanké, dans la Sangha », a souligné WWF Tridom Congo dans sa communication.

Les résultats des travaux des experts ont été présentés aux communautés locales membres de la plateforme de gouvernance des ressources naturelles du triangle des districts de Sembé-Ngbala-Souanké, le 15 février dernier, lors d'un atelier organisé par l'ONG. Les participants ont pu interagir pour enrichir le plan d'actions de mise en œuvre des recommandations et à cette occasion le projet Etic a promis d'appuyer la plateforme locale dans l'organisation des réunions de restitution dans les villages, notamment à Messok-Dja, l'une des localités affectées.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.