Seychelles: Le pays va créer un registre des cas d'extradition

Les Seychelles établiront un registre des cas d'extradition survenus dans la nation insulaire après que l'Assemblée nationale a approuvé un projet de loi présenté mardi par le ministre des Finances.

Naadir Hassan a déclaré aux membres de l'Assemblée nationale que le projet d'amendement de loi sur l'extradition, 2021, corrigera les lacunes identifiées dans le rapport d'évaluation mutuelle publié en 2018 par le Groupe de lutte contre le blanchiment d'argent en Afrique orientale et australe (ESAAMLG).

Le rapport, qui évaluait la conformité des Seychelles à 40 recommandations du Groupe d'action financière (GAFI), a évalué le pays comme étant conforme dans 20 domaines, partiellement conforme dans 16 et non conforme dans quatre.

Les Seychelles ont initialement soumis une demande de reclassement de 12 recommandations auxquelles le pays a été jugé partiellement conforme.

La recommandation 39 du rapport concerne l'extradition, dans laquelle les Seychelles ont été jugées partiellement conformes en raison du fait que le financement du terrorisme n'est pas une infraction pouvant donner lieu à l'extradition et qu'il n'existait pas de système de gestion des affaires approprié pour traiter les affaires d'extradition.

L'extradition depuis et vers les Seychelles est régie par la loi sur l'extradition (1991), qui inclut les infractions établies en vertu de conventions ou d'accords internationaux auxquels l'État requérant et les Seychelles sont parties en tant qu'infractions pouvant donner lieu à l'extradition.

Cependant, ces infractions doivent encore être criminalisées dans la législation nationale de la nation insulaire de l'Océan Indien occidental.

Dans l'amendement à la loi sur l'extradition, M. Hassan a déclaré qu ' « il est également proposé d'inclure une définition du terme financement d'activités terroristes.

Le terme adoptera la même définition que celle que l'on trouve dans la loi sur la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement d'activités terroriste. "

Conformément aux procédures établies par le GAFI, les lacunes doivent être corrigées dans un délai de trois ans et M. Hassan a déclaré que "cela signifie que nous devons modifier le projet de loi pour le soumettre à l'ESAAMLG dès que possible".

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.