Zimbabwe: Ennemis Naturels - Comment les Producteurs de Mangues s'Attaquent à des Envahissantes Mouches Ravageuses de Fruits

23 Février 2021

Alors que le climat se réchauffe, un ravageur destructeur déploie ses ailes et endommage les moyens de subsistance des producteurs de fruits en Afrique australe. La mouche envahissante des fruits, Bactrocera dorsalis, empêche des agriculteurs comme Susan Zinoro, une productrice de mangues de Mutoko, au Zimbabwe, de profiter au sens propre et figuré des fruits de leur travail.

BULAWAYO, Zimbabwe, 23 février 2021 (IPS) - À chaque saison de récolte, Susan Zinoro, une productrice de mangues de Mutoko, au Zimbabwe, enterre la moitié des mangues qu'elle a cultivées cette saison-là. Elles ont déjà commencé à pourrir sur l'arbre ou sont tombées au sol avant la récolte. C'est une tâche difficile pour Zinoro car elle sait qu'elle jette de la nourriture et des revenus destinés à sa famille.

Mais cela se produit depuis sept ans, lorsqu'elle a commencé à remarquer que de plus en plus de fruits pourriraient et jonchaient le sol.

Zinoro, du village de Zinoro à Mutoko, à 143 km au nord-est de Harare, la capitale du Zimbabwe, a gagné en moyenne 400 dollars par saison en vendant des mangues au cours des cinq dernières années. Il s'agit d'un décalage des nombreuses années où elle gagnait plus de 1 000 $ par saison.

Une autre agricultrice, Pelegrina Msingwini, du village de Mhondiwa à Murehwa, non loin de Mutoko, se souvient il y a à peine deux ans lorsqu'elle a récolté et vendu 150 seaux (de 20 litres) de fruits de sa parcelle. La moitié de ces fruits a été rejetée au marché parce qu'ils étaient putréfiés. En 2020, elle a récolté encore moins de mangues, seulement 30 seaux.

Le réchauffement climatique apporte des ravageurs destructeurs

Alors que le climat se réchauffe, un ravageur destructeur déploie ses ailes et endommage les moyens de subsistance des producteurs de fruits en Afrique australe. La mouche envahissante des fruits, Bactrocera dorsalis, est si petite qu'elle est souvent confondue avec un moustique.

C'est devenu un sérieux obstacle pour les producteurs de mangues, car cela peut entraîner une perte totale de fruits, ruiner les moyens de subsistance et les perspectives d'exportation des fruits tropicaux, Shepard Ndlela, entomologiste au Centre international de physiologie et d'écologie des insectes (ICIPE), basé à Nairobi, au Kenya, déclare à IPS.

Mutoko, Murehwa et Zvimba sont les principales régions productrices de mangues du Zimbabwe.

«À Mutoko [Zimbabwe] seulement, environ 55 pour cent des ménages produisent et vendent des mangues avec d'autres fruits tels que les bananes, la goyave et les agrumes», a déclaré Ndlela à IPS. Il ajoute : «Ils appellent la mangue« le fruit d'or »évoquant ainsi la vraie valeur du fruit pour la nourriture, la nutrition et comme source de revenus. »

Mais environ la moitié des 400 000 tonnes métriques de mangues produites chaque année sont perdues à cause de la mouche des fruits, dit Ndlela. Non contrôlé, le ravageur peut infliger une perte de rendement de 100%.

Les scientifiques de l'ICIPE, soutenus par divers donateurs, ont développé un programme de lutte intégrée contre les ravageurs (IPM).

C'est une approche de la production et de la protection des cultures que l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO) décrit comme combinant différentes stratégies et pratiques pour faire pousser des cultures saines, en minimisant l'utilisation de pesticides. Les méthodes respectueuses de l'environnement, qui incluent l'utilisation d'ennemis naturels des ravageurs des cultures et des bio-pesticides, découragent la croissance des populations de ravageurs en encourageant la lutte naturelle contre les ravageurs.

Selon le Food Sustainability Index (FSI) (l'Indice de Durabilité Alimentaire), développé par The Economist Intelligence Unit et le Barilla Center for Food and Nutrition, les meilleures pratiques en matière de production alimentaire durable impliquent également des efforts pour éradiquer les pires pratiques, notamment l'utilisation excessive d'engrais chimiques et de pesticides.

En 2020, dans les principales régions productrices de mangues du Zimbabwe, les fermiers ont commencé à faire exactement cela lorsqu'un ennemi naturel de la mouche des fruits a été introduit.

Un ami d'agriculteur pour une vilaine mouche

Les parasitoïdes sont de petits insectes qui sont des ennemis naturels de la mouche des fruits, qui pondent leurs œufs dans le corps de l'insecte ravageur, achevant leur développement à l'intérieur de l'hôte et le tuant. On les trouve naturellement en Asie où le ravageur, mouches des fruits, est originaire.

Des scientifiques de l'ICIPE ont importé des parasitoïdes pour la mouche des fruits d'Hawaï en 2006 pour les multiplier. Depuis lors, les parasitoïdes se sont multipliés au Kenya et ont été distribués au Malawi, en Zambie, au Mozambique et au Zimbabwe.

Les parasitoïdes ont été utilisés avec succès en Afrique de l'Est et de l'Ouest, où la mouche des fruits a été contrôlée avec un taux de réussite pouvant atteindre 33%, dit Ndlela.

«Ce que nous avons fait, c'est d'unir le ravageur (mouche des fruits) et ses ennemis naturels (parasitoïdes)», explique Ndlela à IPS.

«Une fois libérés dans l'environnement en bon nombre, ils se multiplient sur le terrain et se déplacent. Il s'agit d'un programme de lutte biologique dans lequel nous libérons des parasitoïdes et la nature suit son cours », explique Ndlela.

Ndlela explique que les agriculteurs ne sont pas obligés d'acheter les parasitoïdes car l'ICIPE forme ses partenaires en Afrique australe à produire en masse les parasitoïdes pour ensuite les distribuer aux agriculteurs.

L'adoption à grande échelle d'autres interventions IPM telles que les techniques d'appâtage, la destruction des mouches mâles pour réduire leur population, l'utilisation de pesticides biologiques et l'assainissement des vergers, est encouragée au Malawi, au Mozambique, en Zambie et au Zimbabwe dans le cadre d'un projet pilote de quatre ans ciblant 4 000 agriculteurs de la région.

Le projet vise à améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition, à fournir des opportunités de génération de revenus et à réduire la pauvreté des petits et moyens producteurs de mangues, en particulier les femmes et les jeunes.

Zinoro et son mari, Batsirai, font partie de 1 000 agriculteurs zimbabwéens formés aux méthodes IPM.

Plus de 1 500 parasitoïdes ont été relâchés dans le verger de manguiers de Zinoro lors du lancement du projet. Une fois établis sur la ferme, les parasitoïdes n'ont pas besoin d'intervention des agriculteurs et peupleront et s'attaqueront au ravageur.

«Nous avons appris que ces insectes (parasitoïdes) sont des amis du fermier mais un ennemi de la mouche des fruits qui est l'ennemi de nos mangues», dit Zinoro.

«Le programme aide à améliorer nos moyens de subsistance parce que nous éliminons un ravageur qui a affecté les mangues dont nous tirons des revenus», dit Zinoro à IPS depuis l'extérieur de ses dépendances donnant sur un champ de manguiers imposants. Certains des arbres fruitiers ont des seaux en plastique jaune vif qui pendent sous des branches chargées de fruits - des pièges à mouches.

Une recherche menée par l'ICIPE a révélé qu'en Afrique de l'Est, les agriculteurs utilisant le package IPM dépensaient 46 pour cent de moins en insecticides synthétiques par acre, réduisant de moitié le rejet de leurs fruits. En conséquence, les agriculteurs ont gagné 22 pour cent de revenus de plus que ceux qui ne mettent pas en œuvre le package IPM.

«Nous voulons arriver à un point où la mouche des fruits ne cause aucun dommage économique», dit Ndlela, expliquant que le projet invitait les agro-commerçants à fournir des pièges, des leurres et des bio-pesticides à des prix abordables aux agriculteurs pour promouvoir la grande utilisation des méthodes IPM.

Ajouter de la valeur

L'utilisation de stratégies IPM permettra aux producteurs de fruits du Zimbabwe de répondre aux exigences phytosanitaires des marchés nationaux et d'exportation comme l'Union européenne, a déclaré John Bhasera, Secrétaire Permanent à l'Agriculture du Zimbabwe, lors du lancement du projet à Mutoko en décembre dernier.

Bhasera a fait remarquer que l'augmentation de la productivité et de la qualité des mangues sera un soutien aux agriculteurs horticoles et ouvrira des opportunités pour la valeur ajoutée des fruits.

L'Union européenne, un marché clé pour les fruits, y compris les mangues d'Afrique, exige un certificat phytosanitaire des pays exportateurs pour indiquer que le fruit est exempt de parasites.

L'horticulteur Phineas Chinomora, du village de Chinomona à Mutoko, cultive des tomates et des céréales vertes et possède 56 manguiers sur sa ferme. Il est enthousiasmé par l'IPM et voit une opportunité d'améliorer sa production de mangues tout en supprimant les pesticides commerciaux.

«Au fil des ans, j'ai perdu beaucoup de mangues à cause de ravageurs et je n'étais pas sûr de la cause. Ce programme va m'aider à améliorer ma production car j'ai introduit beaucoup de manguiers greffés dans le cadre du programme et la réduction des pesticides réduira les coûts », a déclaré Chinomora à IPS.

«Nous devons envoyer nos mangues à Harare, ce qui entraîne des frais de transport énormes et nous obtenons des prix bas, donc l'amélioration de la production et de la qualité de mes mangues nous aidera à gagner plus d'argent», dit Chinomora. «Nous pouvons maintenant chercher à ajouter de la valeur à nos mangues en fabriquant du jus et de la confiture.»

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.