Congo-Brazzaville: Forum régional africain sur le développement durable - Les travaux de la 7e session lancés à Kintélé

C'est en mode virtuel et présentiel que les travaux de la septième session du forum régional africain sur le développement durable ont démarré le 1er mars au centre international des conférences à Kintélé, dans la banlieue de Brazzaville.

Le démarrage de ces travaux tenus sur le thème « Mieux construire l'avenir : vers une Afrique résiliente et verte pour la réalisation du programme 2030 et de l'agenda 2063 » a été présidé par le Pr Paul Mavima, ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale du Zimbabwe et président du bureau sortant de la sixième session du Forum régional africain sur le développement durable.

Dans son adresse, le président du bureau sortant, le Pr Paul Mavima, a salué l'hospitalité de la République du Congo pays hôte, avant de convier Jean-Paul Adam, directeur de la division de la Technologie, du changement climatique et de la gestion des ressources naturelles de la Commission économique africaine à procéder à la consultation des participants afin de constituer le nouveau bureau des travaux. C'est finalement la ministre du Tourisme et de l'Environnement de la République du Congo, Arlette Soudan-Nonault, qui a été portée à la tête du bureau de la septième session du Forum régional africain sur le développement durable.

Prononçant le mot d'ouverture des travaux de cette septième session, la présidente entrante a rappelé que le thème de ce panel de haut niveau, à savoir « l'action transformatrice pour mieux bâtir à partir de la crise du Covid-19 : vers une Afrique résiliente et verte pour assurer la réalisation du Programme 2030 et de l'Agenda 2063 » est une véritable interpellation pour les décideurs et autres acteurs du développement qu'ils sont à l'heure où la pandémie du Covid-19 compromet à court et à moyen terme leurs efforts de développement.

Aucun pays ni aucun continent n'est épargné, au point où la pandémie a relégué au second plan des préoccupations majeures pour la survie de tous sur cette planète, telles que la lutte contre les changements climatiques ou l'érosion de la biodiversité. La récession économique engendrée par le Covid-19 pourrait compromettre, si l'on n'y prend garde, l'atteinte des objectifs de développement durable, particulièrement dans les pays les moins avancés, a rappelé la ministre Arlette Soudan-Nonault.

L'Afrique en général et l'Afrique centrale en particulier ont un rôle important à jouer dans la sauvegarde de la planète Terre car cette sous-région abrite le Bassin du Congo, deuxième poumon écologique du monde avec 220 millions d'hectares de forêts. « Les enjeux liés à la préservation de cet immense patrimoine environnemental vont au-delà des intérêts particuliers de nos pays. La découverte récente de tourbières qui s'étendent sur près de 145 500 km2 entre notre pays et la République démocratique du Congo et séquestrent environ 30 milliards de tonnes de carbone, représente un défi supplémentaire en termes de gestion durable si nous voulons bâtir une Afrique résiliente et verte. Le développement d'une économie verte doit s'appuyer sur la préservation, la gestion durable et la valorisation de notre capital naturel », a déclaré la présidente entrante.

Pour la ministre Arlette Soudan-Nonault, ce panel est donc un moment de réflexion qui devra permettre de dégager une vision commune sur les actions futures à mener pour mieux rebondir à partir de la crise du Covid-19.

Rappelons que la septième session du Forum régional africain sur le développement durable dont la cérémonie officielle de haut niveau interviendra le 3 mars en mode virtuel et présentiel au centre international des conférences de Kintélé sous le parrainage du président de la République du Congo, Denis Sassou N'Guesso.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.