Sénégal: Diegane Sene, Sg de l'Urd - «Le Président de la République a tôt pris la mesure de la situation de la Covid-19»

interview

Le Secrétaire général de l'Union pour le renouveau démocratique (Urd) qui analyse, dans cette interview, l'actualité politique estime que la Covid-19 est une formidable invite à l'humilité.

L'actualité politique est marquée par la levée de l'immunité parlementaire de Ousmane Sonko, le leader du Pastef, suite à une affaire de mœurs. Quelle lecture en faites-vous ?

On aurait dû faire simple, mais les droits du citoyen doivent être respectés. Beaucoup à la place de l'accusé et avec les mêmes ambitions auraient certes couru pour laver leur honneur devant les gendarmes et rassurer leurs partisans, si l'innocence clamée leur était sûre et certaine. Mais, à chacun ses moyens de défense et sa liberté d'en user. Dès lors, nous ne devons pas oublier les droits des autres dont l'État et la présumée victime : ici comme ailleurs, il ne doit pas être question d'indignation sélective ; ce serait la voie idéale pour nous fourvoyer. Ce qui pose un sérieux problème pour notre société dont l'ordre moral se nourrit de l'hypocrisie et de la lâcheté collective. Dans ces conditions, confions-nous à l'arbitre de nos différends, seul habilité à dire le droit.

Le coronavirus continue sa progression en dépit des mesures prises par les autorités étatiques. Qu'en pensez-vous ?

Il nous faut avant tout féliciter le Président de la République, Macky Sall, pour avoir tôt pris la mesure de la situation. Mais, que cette progression ne nous fasse pas oublier que depuis bientôt un an, notre pays fait partie des premiers au monde à avoir conçu et exécuté la meilleure politique pour endiguer le fléau. Et ce n'est pas une opinion, mais le constat unanime des spécialistes et organisations compétentes du monde entier. Il faut que le pays continue de lui faire confiance et de le suivre sur cette question existentielle qui, normalement, ne devrait aucunement être source de polémique malsaine comme nous y assistons aujourd'hui.

Quant aux mesures barrières, tout le monde sait bien désormais ce qu'il a à faire. Faisons-le. Les médecins ne cessent de nous le rappeler : la Covid-19 n'a aucun moyen de s'auto-inviter nulle part. La balle est donc dans notre camp. Le sens des responsabilités nous sauvera. Cela est d'autant plus important à dire que, pour une fois, cette pandémie est une formidable invite à l'humilité. Personne ici n'en a la solution et tout le monde en a peur. Ce sens des responsabilités nous invite à nous rappeler sans cesse cette évidence première.

Le Chef de l'État a récemment assisté au Sommet du G5 sur invitation de ses homologues de la Mauritanie et du Tchad. Quelle est, selon vous, la pertinence d'une telle démarche ?

C'était une bonne nouvelle. L'initiative du Président mauritanien est dans la tradition des relations entre le Sénégal et la Mauritanie qui, depuis longtemps, ont été un exemple de coexistence pacifique et de coopération entre voisins. Il corrige en même temps un oubli qu'il sait sans doute préjudiciable à l'atteinte des objectifs du G5-Sahel : la non-implication du Sénégal dans l'organisation. Il n'y a pas, en effet, parmi ses membres, un seul pays qui a l'expérience internationale du traitement des crises du Sénégal.

Je rappelle brièvement, à cet égard, que notre pays a commencé à envoyer ses soldats pour la sécurité des autres pays à peine son indépendance acquise. Depuis, il n'a pas de crise majeure dans le monde où nos soldats n'ont répondu présents à la sollicitation de l'Onu ou d'organisations régionales, ou d'autres comme l'Oci. Il s'y ajoute que le Sénégal, depuis le début, est au côté du Mali. Et en plus de ses soldats qui sont sur le terrain, il est le premier pays africain et, peut-être, le seul à avoir apporté une aide financière à ce pays.

C'était donc incompréhensible que, dès le départ, il n'ait pas été associé. Politiquement, cette présence du Président Macky Sall est importante, elle donne un contenu aux proclamations d'unité des États face aux jihadistes. Elle marque le début d'une prise de conscience qui ne peut être que salutaire, de l'urgence pour tous les pays de la sous-région de mutualiser leur réflexion et leurs forces pour combattre un mal dont tout le monde sait qu'il concerne toute l'Afrique de l'Ouest. Les attaques contre la Côte d'Ivoire et le Bénin sont encore toutes fraîches dans nos mémoires pour que nous puissions oublier cette évidence que le G5-Sahel a ou devrait avoir vocation à s'ouvrir largement.

Comment se porte l'Urd et quels sont les défis que votre parti compte relever ?

Comme tous les partis politiques atteints par les conséquences de la pandémie. Il vit, cependant, comme il se doit avec ses ambitions via les réseaux sociaux et les maigres contacts possibles. Ce, en attendant mieux.

A La Une: Sénégal

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.