Sénégal: Incendie à l'Université de Ziguinchor - L'Administration va porter plainte contre X

Pour en avoir le cœur net sur l'incendie qui s'est déclaré, le dimanche, dans l'après-midi, à l'Université Assane Seck de Ziguinchor (Uasz) et dont l'origine reste jusque-là inconnue, l'administration de ladite institution envisage de porter plainte contre X.

Un amphithéâtre de 500 places en chantier complètement décimé par les flammes, la dalle entièrement à terre. Voilà le bilan de l'incendie qui s'est déclaré, le dimanche 28 février, dans l'après midi, à l'université Assane Seck de Ziguinchor. Vingt-quatre heures après, l'administration de l'établissement recherche toujours l'origine de ce sinistre. Qu'est-ce qui s'est réellement passé ? Qui a mis le feu à ce bâtiment en construction depuis 2014 ? Pourquoi il y a eu un incendie dans un bâtiment où il n'y a même pas la présence d'un seul fil électrique ? S'agit-il de sabotage ? Des interrogations, pour l'instant, sans réponse. Car, l'origine reste indéterminée.

Mais du côté des autorités universitaires, l'on se prépare déjà à user de toutes les procédures légales que leur offre la loi pour faire la lumière sur cet incendie. L'administration a décidé, hier, de faire venir un huissier pour effectuer le constat d'usage. Selon le secrétaire général de l'université Assane Seck de Ziguinchor, une plainte contre X sera déposée pour tirer cette affaire au clair.

«C'est vers 15 heures 30 minutes que nous avons été informés de l'incendie dans les chantiers en cours, précisément à l'amphithéâtre de 500 places du bloc Sciences et technologies. Très vite, nous avons alerté les sapeurs-pompiers qui ont pu circonscrire le feu. Pour l'instant, nous ne savons même pas ce qui a pu provoquer cet incendie. En tout cas, ce n'est pas un court-circuit, dans la mesure où il n'y a pas d'électricité dans le bâtiment en construction. Ça, on peut le dire avec certitude», a déclaré Mor Fall.

Joint au téléphone, le coordonnateur général inter-amicales, par ailleurs, porte-parole des étudiants, dégage toute responsabilité de ses camarades dans cette affaire pour laquelle, dit-il, ils ne sont mêlés «ni de près ni loin». «Nous sommes au courant de ce qui s'est passé, avant-hier, dans notre université. À l'heure où l'on parle, personne ne connait l'origine du feu. Même l'administration ne sait pas. Mais, ce qui est sûr, c'est que les étudiants ne s'y sont pas mêlés. Par contre, nous le regrettons et le déplorons», a confié Pape Ibrahima Diouf. En revanche, il a rappelé aux autorités l'impératif de «tout faire pour finir les chantiers afin d'éviter ce genre de situation» au sein de l'institution universitaire.

A La Une: Sénégal

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.