Madagascar: Imerimandroso - Un milicien tué délibérément

Cinq bandits armés ont frappé à Ambato Imerimandroso. Capturé, un homme sorti de sa maison pour chercher du secours a été fusillé et tailladé à coups de sabre.

La terreur s'est installée à Ambato Imerimandroso. Avant hier, cinq bandits munis d'armes à feu ont frappé et tué dans le village de Tsarahonenana. Un Zazamena (NDLR : milicien, rémunéré par la population locale pour renforcer le comité d'autodéfense villageoise) a trouvé une mort tragique. Abattu de trois balles, il a été de surcroît tailladé à coups de sabre. Des entailles profondes étaient visibles sur son visage, sur son bras et son ventre. La victime était âgée de vingt-neuf ans.

La bande a sévi aux alentours de minuit. En arrivant dans le village, les assaillants ont insufflé la terreur. Emporté par la panique, le défunt a commis l'irréparable en sortant de sa maison. D'après les témoignages de son épouse, il allait chercher de l'aide et appeler du secours lorsqu'il est tombé nez-à-nez sur le gang. Capturé, il a été tué de sang froid par les malfaiteurs.

Après lui avoir ôté la vie, la bande a fait irruption dans son foyer. De source auprès de la gendarmerie nationale à Imerimandroso, ses bourreaux ont dérobé un téléphone portable ainsi que du numéraire dont le montant n'est pas déterminé.

Acte odieux

Nantie du maigre butin, les tueurs ont pris la fuite. Le village ayant plongé dans la terreur, les bandits ne se sont heurtés à aucune forme de résistance. Terrifiés par les coups de feu cadencés tirés par les assaillants, les riverains se sont gardés d'intervenir pour s'enfermer à double tour dans leurs maisons respectives. Les malfaiteurs s'étaient déjà évanouis dans la nature lorsque les villageois et les membres du comité local de sécurité se sont enfin manifestés après leur passage. Les forces de gendarmerie ont été dans la foulée alertées.

Cinq éléments du poste avancé d'Imerimandroso sont venus à la rescousse. À leur arrivée, les bandits avaient déjà disparu sans laisser de traces. Les recherches menées se sont jusqu'à maintenant soldées par des échecs, faute d'indices et de renseignements suffisants.

La femme du défunt, unique témoin oculaire de cette acte odieux affirme ne pas reconnaître les visage des auteurs de cet acte de banditisme dépassant l'entendement.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.