Madagascar: Projet Chinatown - Vers une métamorphose de Behoririka

Un projet de transformer Behoririka en Chinatown est en vue. La CUA recuille l'avis de la population.

Depuis l'installation massive des commerçants chinois, le quartier de Behoririka est devenu de fait le quartier chinois de la capitale. Sauf que, outre quelques décorations de certains magasins pour rappeler les marques de leur pays, il n'y a jamais eu de véritable initiative « officielle » ni au niveau de l'aménagement, ni au niveau de l'architecture des bâtiments, ni au niveau des décorations pour en faire le véritable Chinatown comme on en voit dans les autres grandes capitales du monde. Vu de l'extérieur, Behoririka ressemble donc à la plupart des quartiers commerciaux d'Antananarivo, se distinguant par les petits commerçants qui sèment la pagaille sur les trottoirs, les bouchons et les détritus.

C'est justement pour y remédier que la Commune urbaine d'Antananarivo (CUA) a décidé de lancer le projet « Chinatown ». Au-delà de l'idée d'affirmer le cachet chinois de ce quartier, il s'agit avant tout d'embellir ce plus grand quartier commerçant de la capitale en « harmonisant » le paysage. Selon les explications, l'idée a été mise sur la table en vue d'abord d'une vaste consultation et pour susciter justement « les réactions des citoyens » comme le stipule la lettre d'information publiée par la CUA sur le projet.

Cohérance visuelle

Une des principales pistes de réflexion consiste à demander aux opérateurs chinois qui sont présents en masse à Behoririka de contribuer à l'embellissement de leur quartier et de la ville en générale. « Il ne s'agit pas de faire de nouvelles constructions de bâtiment ou de points de vente mais surtout pour avoir une unicité de décoration pour rendre le quartier plus attractif », explique une source proche du dossier.

Ailleurs, l'aménagement du paysage urbain fait partie de la tâche mais surtout des prérogatives de la mairie. Un plan d'aménagement et d'occupation générale est d'abord conçu et dans certains cas même, certaines communes imposent des chartes visuels et d'aménagement, notamment pour qu'il n'y ait pas gène sur l'espace public, ainsi que pour une cohérence visuelle. Il est donc possible qu'une architecture identique soit imposée à tous les bâtiments dans un quartier comme c'est le cas sur l'avenue de l'indépendance, par exemple. Parfois, la mairie peut même imposer jusqu'à la couleur de la maison, sa hauteur, le modèle de clôture et même les plantes dans le jardin. Pour en revenir au projet Chinatown de Behoririka, aucun délai n'a encore donné concernant sa réalisation. La CUA livrera sans doute davantage de détails lorsqu'elle décidera de passer à sa concrétisation.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.