Bénin: Nouvelle condamnation à l'encontre de l'homme d'affaires Sébastien Ajavon

L'opposant béninois Sébastien Ajavon, en exil en France, a été condamné ce lundi par contumace à cinq ans de prison ferme pour « faux, usage de faux et escroquerie » par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) du Bénin.

Sébastien Ajavon avait déjà écopé, en 2018, de vingt ans de prison pour trafic de drogues. Un de ses avocats, maître Julien Bensimon, dénonce une nouvelle affaire politique. Il annonce avoir saisi la Cour africaine des droits de l'Homme et des peuples pour demander l'annulation de cette condamnation.

« Les entreprises du groupe Ajavon ont fait l'objet, sous Boni Yayi, d'un contrôle fiscal et d'un redressement fiscal, qui a été totalement contesté par Sébastien Ajavon et ses entreprises à l'époque, rappelle Maître Bensimon, joint par Jeanne Richard, du servie Afrique de RFI

Le redressement fiscal a fait l'objet d'un protocole d'accord avec l'administration fiscale, qui est venue dire que l'État du Bénin était redevable aux entreprises du groupe Ajavon d'un certain nombre de sommes d'argent. Un jugement a été rendu, qui fait que ce protocole est définitif et venait rendre raison à Sébastien Ajavon.

L'État du Bénin actuel a décidé de ressortir cette vieille affaire et de poursuivre Sébastien Ajavon devant la juridiction d'exception, qui s'appelle la Criet, qui a été créée pour pouvoir détruire les principaux opposants à Patrice Talon.

Un calendrier politique derrière l'affaire judiciaire, dénonce l'avocat

Cela s'inscrit dans un calendrier qui est extrêmement clair, nous sommes à quelques mois de l'élection présidentielle, et visiblement, le pouvoir en place au Bénin cherche par tous moyens à salir Sébastien Ajavon le plus possible, pour l'empêcher éventuellement de revenir prendre la place qui est la sienne, dans sa volonté de diriger un jour son pays ».

Un des responsables du parti d'opposition béninois Les Démocrates, Bio Dramane Tidjani, et l'un de ses collaborateurs Mamadou Tidjani ont eux été incarcérés lundi soir après avoir été inculpés pour « association de malfaiteurs et terrorisme ».

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.