Cote d'Ivoire: Lutte contre la drogue/Le général Apalo Touré - «Les personnes dont les photos ont été présentées sur Internet ne sont pas concernées par notre enquête pour le moment»

La gendarmerie nationale a incinéré, mardi, la cocaïne saisie dans la nuit du 24 au 25 février, à Cocody-Angré.

La gendarmerie nationale a procédé ce mardi 2 mars, à la destruction par incinération de la drogue qu'elle a saisie dans le nuit du 24 au 25 février, à Angré, dans la commune de Cocody.

L'opération de destruction s'est tenue à sur la route de l'aéroport, à Port-Bouët, non loin du carrefour Akwaba. En présence du Procureur de la République, Adou Richard, du général de corps d'armées Alexandre Apalo Touré, Commandant supérieur de la gendarmerie, du secrétaire général de préfecture d'Abidjan, André Martin Kakou, représentant le préfet d'Abidjan, et du général, et de plusieurs officiers et sous-officiers de la Gendarmerie.

Démarrée à 15 h 30 min, c'est finalement, autour de 18 h que le feu a réussi à consumer totalement le tas de cocaïne, entassé en plein air, quelque part dans la broussaille.

A l'occasion, le Général de Corps d'Armées, Alexandre Apalo Touré, Commandant supérieur de la Gendarmerie a tenu à faire des précisions, par rapport aux informations qui circulent sur les réseaux sociaux.

« Nous voudrions, avec désolation, dire qu'à ce stade de l'enquête, seules les deux personnes chez lesquelles la drogue a été saisie et qui ont été arrêtées, sont pour le moment, coupables. Il n'y a pas, jusqu'à preuve du contraire, d'autres coupables. L'enquête se poursuit. Malheureusement, nous constatons que des choses assez graves, se disent sur les réseaux sociaux. Sachez que pour le moment, tout cela n'est pas vrai. Rien du tout, n'indique que les personnes qui ont été citées et dont on a vu les photos sur Internet, ainsi que les personnalités étatiques citées, ne sont coupables », a-t-il affirmé. Avant d'ajouter : « Il s'agit de manipulations. Monsieur le procureur de la République, fera une déclaration au moment opportun. Nous n'allons pas faire beaucoup de commentaires sur l'enquête. Puisqu'elle se poursuit. Nous ne pouvons pas vous en dire davantage. Ce que nous savons, et ce que nous tenons à vous dire, c'est que les propos qui sont tenus sur Internet, en ce moment, n'ont aucun fondement. Les personnes dont les photos ont été présentées sur Internet ne sont pas concernées par notre enquête, pour le moment ».

Le général Apalo Touré a aussi tenu à réaffirmer la détermination de la Gendarmerie à faire en sorte que la Côte d'Ivoire ne soit pas une voie pour le trafic de drogue. « Nous sommes debout pour lutter avec nos hommes contre ce phénomène », a-t-il lancé.

Pour sa part, le procureur de la République, Adou Richard a indiqué que pour les besoins de la procédure et de l'enquête, une « infime » partie de la drogue saisie, a été mise sous scellé. « Nous sommes toujours obligés de conserver des scellés. Une bonne enquête se termine toujours par un jugement. L'enquête commence d'abord à la Gendarmerie. Par la suite, lorsque les personnes sont déférées, le dossier, en ce qui concerne ce genre de dossier, qui a des relents internationaux, est confié à un juge d'instruction. Et ce dernier a besoin, d'avoir une partie du scellé. Egalement, pour les besoins de laboratoire et de la brigade cynophile, on a conservé une partie. On ne pouvait donc pas tout détruire. », a-t-il expliqué.

Il a aussi souligné que cette drogue brute saisie, d'une quantité d'une tonne 56 kg, représente près de 25 milliards de Fcfa. « Transformées, elle peut valoir le double ou le triple. Cela veut dire que ça peut susciter des appétits. Et c'est dangereux pour nous-même qui les conservons. Donc, il était nécessaire, de pouvoir, au vu et au su de tous, la détruire le plus tôt possible ».

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.