Gambie: Un survivant ghanéen relate le massacre des migrants Ouest-Africains

Martin Kyere, l'unique survivant du massacre de 50 ressortissants ouest-africains perpétré en Gambie par les 'Junglers' en 2005 a révélé le lundi dernier devant la Commission Vérité, Réconciliation et Réparations les identités, les actes de torture et l'exécution de migrants de différentes nationalités qui faisaient partie des personnes arrêtées à Banjul le 22 Juillet 2005.

Lors de son témoignage devant les commissaires, Kyere a raconté en détail l'incident qui a conduit au massacre de ses collègues. Il a déclaré qu'il était en route pour le Sénégal en Juillet 2005 en vue de trouver un passage lui permettant de faire le voyage vers l'Europe à la recherche d'un avenir meilleur.

Le citoyen Ghanéen a révélé qu'il a rencontré un après-midi à Dakar deux Ghanéens en compagnie d'un individu nommé Charles Taylor qui prétendait être en possession d'un navire pouvant les amener en Europe.

Il a déclaré à la Commission que Taylor a non seulement prétendu être le Capitaine du navire, mais qu'il était également de nationalité américaine.

" Taylor nous a dit qu'il avait un agent en Gambie au nom de Lamin Tunkara, qui lui a demandé d'amener le navire en Gambie parce qu'il avait des passagers en Gambie. Les passagers au Sénégal devaient donc se rendre en Gambie par bateau en vue d'embarquer sur le navire."

Poursuivant son témoignage, Kyere a donné le nom des migrants qui ont embarqué sur le bateau à Mborr pour faire le voyage vers la Gambie: Abari Kassim, Eric Yao, Victor Oduro, Edmmon Kumi, Kwabena Fosu, Richard Boakye, Yao Kyere, une ressortissante ivoirienne nommée Janet, un ressortissant Ghaneen nommé Macufenmale, Agya Amo, Eric Nketia, Kawe Master, Agye Kum, Kwabina Kossy, Daniel Amankwa, Kwadu Ampadu, Daniel Kwadwo Bai, Desmond Addae and Kwadwo Antwi.

Il a témoigné qu'ils sont arrivés au port de Banjul tôt dans la matinée. Dès leur arrivée à Barra Beach, le propriétaire du bateau a dit qu'il devait retourner à Mborr car l'arrangement était pour une seule nuit.

Kyere, qui est un commerçant, a déclaré que les hommes qu'ils avaient envoyés à la recherche de Taylor ont été arrêtés. Le soir, Daniel est arrivé avec un bateau.

Il a ajouté qu'ils ont pensé que c'était le bateau qui devait les emmener en Europe. Malheureusement, c'était la Police venue les arrêter.

Il a déclaré qu'un des migrants du nom de Denis s'est échappé du commissariat de police et réside présentement en Allemagne.

Les dépositions de Macau et de Jennet, a-t-il ajouté, ont été recueillies au commissariat de police. Ils ont été conduits plus tard à Banjul aux environs de 23h.

Le témoin a déclaré que les soldats leur ont assené des coups à l'aide de machettes et de pistolets. Précisant que les soldats ont déchiré leurs habits et pantalons à l'aide de machettes.

Il a poursuivi son témoignage pour dire que les soldats ont utilisé une corde pour ligoter le premier groupe de détenus et les ont ordonnés de monter dans un bus normalement utilisé pour le transport des soldats.

" Ils m'ont transféré au commissariat de police de Bundung avec 10 autres détenus. La nuit suivante, ils ont emmené deux Ghanéens et ont écroué Lamin Tunkara. Nous avons été détenus au commissariat de Bundung pendant une semaine. Une nuit, j'ai été mis à bord d'un véhicule avec 5 autres détenus et conduits dans un entrepôt. Ils nous ont ensuite conduits dans une direction inconnue. Lorsque j'ai demandé à Lamin Tunkara où il nous emmenait, il nous a demandé de prier. Un détenu musulman de nationalité Nigériane était en pleine prière lorsque les soldats ont arrêté le véhicule et lui ont découpé la colonne vertébrale

Mr Kyere se souvient que leur camionnette a continué sa route en direction de la forêt. Il était environ minuit.

Lorsque le véhicule s'est arrêté, il a déclaré qu'un soldat est descendu, a découpé l'arme de Agye et a enterré les sacs.

Le témoin a révélé qu'il s'évertuait à trouver un moyen de s'échapper au fur et à mesure que leur véhicule s'enlisait dans la forêt.

" J'ai pu me défaire du cordon autour de mes mains et j'ai sauté alors que le véhicule continuait sa course. Le véhicule s'est arrêté et les soldats sont descendus pour se mettre à ma recherche à l'aide d'une énorme torche. J'ai entendu mes collègues implorant 'l'aide de Dieu'. Tout à coup, j'ai entendu un coup de feu et étant donné que le véhicule faisait route vers moi, j'ai continué à courir vers la forêt afin de m'échapper.

Kyere a indiqué qu'il ne portait que son sous-vêtement lorsqu'il a rencontré un vieil homme dans la forêt qui lui a demandé son nom et sa nationalité avant de l'emmener dans un village appelé 'BunKilling'.

Le témoin a affirmé que le village était situé tout près de la frontière de la Casamance au Sénégal. Il a ensuite emprunté la route de Dakar via Kolda avant de regagner son pays natal, le Ghana.

A La Une: Gambie

Plus de: The Point

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X