Sénégal: Dr Amadou Sall de l'Institut Pasteur - «Sept lignées de virus de covid circulent dans le pays»

Le directeur de l'institut Pasteur de Dakar a dressé le bilan d'une année de Covid au Sénégal sur la surveillance, le dépistage, depuis le 2 mars de l'année dernière, jusqu'à nos jours. Selon lui plus de 800 souches ont été analysées dans les régions et ont permis de voir qu'il circulait 7 lignées du virus de la Covid 19 qui, pour l'essentiel, ont été introduites depuis l'Europe, l'Amérique et l'Afrique à partir de Dakar et qui se sont progressivement diffusées dans le reste de notre pays.

Depuis le 02 mars 2020 jusqu'hier, mardi 2 mars 2021, marquant l'An I du coronavirus au Sénégal 309. 721 tests ont été effectués par l'Institut Pasteur de Dakar qui a confirmé 27. 119 cas dans toutes les régions. Ce bilan est du Dr Amadou Alpha Sall. «Conformément à la politique de décentralisation de la riposte, l'institut Pasteur a mis un laboratoire de diagnostic à Touba, Kolda, Tambacounda, Kédougou, Matam, Ziguinchor, Ricard Toll, Kaolack et plus récemment Louga. Nous avons aussi mis en place un système de renforcement de capacités pour des transferts de compétences au ministère de la santé», a-t-il renseigné.

Et de poursuivre : «c'est ainsi qu'aujourd'hui, les laboratoires de Kolda, de Tambacounda, de Ricard-Toll et de Louga sont autonomes. C'est dans le même esprit que le laboratoire national de santé publique a été formé à Thiès pour assurer sa mission de diagnostic de la Covid-19». Dans le domaine de la surveillance de la circulation du virus, Dr Sall a avancé que des activités importantes ont été menées. Il s'agit de la surveillance des infections respiratoires en général et de la Covid en particulier à travers 20 sites sentinelles répartis dans 14 régions du Sénégal et a permis de suivre les tendances de la première et deuxième vague à l'échelle locale. Mais aussi celle de la grippe saisonnière pour effectuer un diagnostic. Ensuite, il y a eu selon lui, une enquête de séroprévalence dans les populations cible. «On a effectué au mois d'octobre et de novembre qui a permis de montrer en moyenne que 19% de la population sénégalaise a été exposée au virus Sars Cov 2 au Sénégal» a-t-il renseigné.

Enfin, il y a eu l'analyse analytique du virus appelé surveillance du génome. Selon Dr Sall, cette activité a commencé à l'institut Pasteur depuis le 5 mars de l'année dernière et se poursuit jusqu'à nos jours avec plus de 800 souches analysées dans les régions et ont permis de voir qu'il circulait 7 lignées du virus de la Covid-19 qui pour l'essentiel ont été introduit depuis l'Europe, l'Amérique et l'Afrique à partir de Dakar et qui se sont progressivement diffusées dans le reste de notre pays. «Avec la circulation de nouveaux variants dans le monde, cette activité n'a seulement pas été renforcée au Sénégal mais étendue au reste de la sous-région africaine», a-t-il renseigné.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.