Tunisie: Transition de l'économie digitale | Digitalisation des entreprises - régions intérieures - encore un effort...

Si des entreprises ont introduit le digital dans leurs activités, d'autres travaillent encore de façon archaïque. Elles sont ainsi dépassées par la technologique numérique qui se répand dans tous les pays, et leur fait perdre des parts de marchés importantes.

L'économie numérique va investir au cours de la prochaine période toutes les entreprises, quel que soit le domaine dans lequel elles opèrent. D'où la nécessité pour les pouvoirs publics d'installer des réseaux à haut débit dans toutes les régions. Il n'est pas question, par exemple, que le taux de couverture des régions du Nord-Ouest, Centre et Sud en fibre optique de communication soit aussi faible. Dans ce cas, les sociétés qui y sont installées, même si elles sont rares, ne peuvent pas suivre le développement technologique dans le monde et se voient obligées, à terme, de délocaliser vers les grandes villes ou fermer boutique. C'est dire que les pouvoirs publics sont appelés, dès à présent, à prendre les dispositions nécessaires en vue d'étendre le réseau optique de communications, en touchant les régions les plus reculées à l'intérieur du pays en optant pour le haut débit. Certes, une stratégie relative à la promotion de la digitalisation est mise en place et appliquée progressivement, mais cette dernière ne doit pas exclure les régions précitées.

L'industrie intelligente fait appel, en effet, aux objets connectés qui ont besoin d'une fibre optique de communication à haut débit. Les Smartphones, les PC, la robotique, et le Data... sont liés directement aux réseaux de communication qui doivent être toujours disponibles dans les entreprises, toutes activités confondues. Cette option pour le haut débit favorise l'échange de données entre les différentes structures et avec les consommateurs qui n'auront plus besoin de se déplacer pour demander un service ou effectuer une procédure. C'est un investissement colossal qui est demandé aussi bien de l'Etat que des sociétés privées, qui doivent se préparer dès maintenant à digitaliser toutes leurs activités afin d'être prêtes le moment venu, quand toutes les entreprises seront digitalisées.

Les secteurs prioritaires pour la digitalisation

Certains secteurs sont prioritaires pour la digitalisation et des mesures devraient être prises, dès à présent, pour y introduire le réseau optique de communication de haut débit. Le secteur du transport est ainsi parmi le secteurs prioritaires de la digitalisation et il faut s'y préparer dès maintenant à la faveur de l'introduction du réseau haut débit dans toutes les sociétés de transport, aussi bien terrestre qu'aérien et maritime pour la réservation des places destinées aux clients, qui doivent bénéficier du droit de contact en ligne. Les sociétés doivent offrir l'opportunité aux usagers la possibilité d'effectuer cette procédure en ligne et de payer leur titre de transport par carte bancaire ou tout autre moyen sans bouger de leur fauteuil.

Un autre secteur non moins important doit se préparer à cette digitalisation, en l'occurrence celui des assurances qui sont en contact permanent avec leurs clients qui se trouvent répartis à travers plusieurs régions du pays. Le réseau de communication doit être solide et à larges bandes pour permettre à des centaines, voire des milliers de clients de se connecter en même temps sans connaître des coupures de communication ou des lenteurs. Dans ce secteur, les clients ont toujours besoin de leur interlocuteur unique pour demander des informations, régler des procédures et, éventuellement, payer leur quote-part. Le Covid-19 nous a appris l'importance de la digitalisation, quand tout le confinement général obligeait toute la population, y compris les agents et les cadres des sociétés, à rester chez eux. Dans ce cas, la digitalisation était d'un grand apport et avait permis aux clients de rester en contact direct avec les agents. Le paiement des impôts a été également possible grâce à la plateforme mise en place à l'intention des contribuables, qui ont pu s'acquitter de leur devoir fiscal à distance. On peut citer aussi la plateforme instituée par le ministère de l'Economie, des Finances et de l'Appui à l'Investissement au service des chefs d'entreprise qui passent par des difficultés conjoncturelles et qui demandent des aides de l'Etat.

Relancer les activités grâce au digital

Parmi les secteurs de l'industrie qui ont enregistré du retard au niveau de la digitalisation, on peut citer ceux du textile-habillement et cuir et chaussures. Certaines unités continuent à travailler de façon archaïque, en rupture avec l'évolution technologique. Certes, certaines unités ont utilisé la conception assistée par ordinateur, mais c'est insuffisant pour devenir compétitif sur la scène internationale. Les entreprises appartenant à ces secteurs dans le monde ont atteint un palier supérieur et ont déjà introduit la robotique pour effectuer diverses activités, confiées auparavant aux humains. Pourtant, ces entreprises n'ont pas licencié leurs agents mais les ont affectés à d'autres tâches qui nécessitent l'intervention humaine. Donc, c'est une question d'organisation et de redéploiement des agents qui est opérée dans ces unités de production.

Cette nouvelle orientation vers le digital va, incontestablement, dynamiser l'industrie informatique dans sa globalité et, notamment, la création de logiciels utilisés au sein de l'entreprise, comme les applications réservées à la communication et au contact avec les clients, la gestion de la paie et des transactions financières, les services destinés aux clients, les statistiques des contacts et des réponses aux questions des clients. Toute une panoplie de logiciels liée à la relation entre l'entreprise et les clients est disponible. Les entreprises sont appelées à les acquérir et à les installer au sein de l'entreprise en formant les cadres qui seront chargés de les manipuler pour accélérer la digitalisation de l'entreprise.

Face à cette orientation massive vers le digital, il est nécessaire de donner la part méritée à la sécurité qui constitue une question délicate à prendre aux sérieux. En effet, certains intrus ou hackers cherchent continuellement à obtenir des informations sensibles des sociétés, notamment celles qui ont un commerce en ligne, pour dérober les données des clients. D'où la nécessité de faire régulièrement des audits et des diagnostics sur les réseaux de vente de l'entreprise pour s'assurer que rien de grave ne filtre à l'extérieur. Un laisser-aller de la sécurité du réseau peut coûter à l'entreprise des pertes chiffrées à des millions de dinars ! Il est impératif d'être toujours à jour au niveau du système sécurité, car les hackers ne laissent rien au hasard et innovent chaque jour pour déverrouiller les barrières de sécurité afin de parvenir à leur fin.

A La Une: Tunisie

Plus de: La Presse

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.