Algérie: Rencontre à Alger sur la Culture comme facteur déterminant à l'exercice de la citoyenneté

Alger — Le ministère de la Culture et des Arts a lancé, mardi à Alger, le "Forum du palais de la Culture", une série de débats interactifs sur l'importance du dialogue culturel à tous les niveaux de la société, par une première rencontre sur la Culture comme facteur déterminant à l'exercice de la citoyenneté.

Organisée au Palais de la Culture Moufdi-Zakaria, cette première rencontre a réuni les cadres du secteur de la culture et les enseignants universitaires, Ali Rebbidj, Nabila Benyahia, Redouène Bouhidel, Mohamed Boukerras et le critique d'art Brahim Nouel.

Définissant la "société civile" comme un "intermédiaire entre l'Etat et le citoyen", l'actuel directeur de l'Institut supérieur des métiers de l'art du spectacle et de l'audiovisuel (Ismas), Mohamed Boukerras, a enchaîné sur la notion de l'exercice de la citoyenneté qui, selon lui, appelle d'abord l'"appartenance à un ensemble de valeurs puisées de l'identité culturelle et du patrimoine matériel et immatériel communs à tous", et d'une "volonté d'aller de l'avant", motivée par un climat socio-politique où la "liberté d'expression et la justice sociale seraient préalablement consacrées".

Le directeur de l'Ismas a pointé du doigt les progrès technologiques, les réseaux sociaux notamment, qui, au delà du confort intellectuel et pratique qu'ils ont apporté à l'Homme, ont révélé des différences de vues pouvant engendrer des sentiments d'intolérance et de rejet entre les individus d'une même patrie, préconisant pour y remédier, de "faire le diagnostic" de toutes les divergences constatées sur la toile, un préalable, selon lui, qui aboutirait à faire émerger chez l'internaute un sentiment de "bonne conduite" qui puisse encadrer cette "citoyenneté virtuelle".

Evoquant également l'action des artistes martyrs au service de la cause nationale comme exemple de citoyenneté engagée, Brahim Nouel a ensuite abordé la question de la "mobilité culturelle" et l'"efficacité des espaces culturels", soumis aux méfaits de la bureaucratie, soulignant la nécessité de "maintenir la fonctionnalité de ces espaces" au delà des horaires administratifs et durant les weekend pour "susciter l'intérêt" et permettre le "contact culturel" à travers un plus grand nombre de visites.

A l'issue de la rencontre, les intervenants au débat ont été unanimes à considérer que les concepts développés relevaient encore d'"objectifs à atteindre", estimant que le jeune algérien, au centre de toutes les communications, était "loin d'une suffisance morale et matérielle" qui puisse lui "permettre l'exercice de la citoyenneté".

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.