Congo-Kinshasa: Guy Loando préconise des réformes dans le secteur économique

Au moment où la pandémie à Covid19 sévit encore dans le monde, en général, et en Rdc, en particulier, l'Honorable Sénateur Guy Loando Mboyo voit déjà l'après.

Pour ce faire, il a formulé, à l'attention des autorités politico-économiques congolaises, une série de propositions salvatrices dans son livre intitulé «Le Congo d'après/Nécessité d'un changement de cap post-Covid-2019». Publié aux éditions l'Harmattan, l'ouvrage du Président de la Fondation Widal comporte 5 grandes voies à même de permettre l'essor économique de la RDC.

Le secteur économique de la République Démocratique du Congo, touché par la maladie à Coronavirus ayant bouleversé tous les secteurs de la vie humaine partout à travers le monde, a, peut-être, trouvé un remède efficace : "Le Congo d'après/Nécessité d'un changement de cap post-Covid-19", chef-d'œuvre d'un digne fils du pays, avocat d'affaires et Sénateur de son état, Me Guy Loando. En effet, le Président de la Fondation Widal, dans son bouquin, invite les autorités de tutelle à réinventer l'économie de le RDC. Pour y parvenir, l'urgence s'impose.

Abordant la série de propositions en vue de sortir la RDC du gouffre, Me Guy Loando insiste sur «la mise en œuvre des transformations structurelles de l'économie RD-congolaise». Cette approche permettrait, à en croire le patron de la Fondation Widal, d'augmenter la résilience économique et sociale des populations aux chocs extérieurs, tant du côté de la demande sociale en matière de santé, de l'éducation, de formation et d'emplois que du côté de l'offre en biens et services, supposant la hausse des capacités productives dans leur ensemble.

Aussi, faut-il se pencher vers «La Protection et l'encadrement du secteur informel» car, celui-ci joue un rôle capital dans la survie de l'économie congolaise. Nonobstant certains aspects négatifs le caractérisant, le Sénateur Guy Loando soutient qu'il mérite une attention particulière afin de permettre la transformation structurelle des économies, la création des activités plus productives et génératrices de croissance et ainsi, parvenir à son intégration dans le secteur formel. «Même s'il présente certains aspects négatifs, le secteur informel est un levier de croissance en RDC, une clé de développement», martèle le natif de la Tshuapa.

Par ailleurs, Me Guy Loando met en exergue, «la mise en place d'une politique à même d'encourager les investissements des congolais de la diaspora».

Dans cette approche, Guy Loando estime que le contournement du déficit des investissements directs étrangers (IDE), est indispensable au regard de la situation économique actuelle du pays. Pour le Sénateur, il est venu le moment, pour la RDC, de rehausser sa relation avec tous ses fils et filles investisseurs et entrepreneurs, disséminés à travers le monde. A ce titre, l'Agence Nationale pour la Promotion des investissements (ANAPI) remplirait une tâche primordiale.

Poursuivant son argumentaire, l'auteur de «Congo d'après», enfonce le clou sur «La croissance du secteur agricole». Pour Guy Loando, le sol doit impérativement prendre sa revanche sur le sous-sol pour espérer à une éventuelle émergence. Pour ce faire, un accent doit être placé sur l'agriculture en vue de l'autosuffisance alimentaire en République Démocratique du Congo à l'horizon 2025. A cet effet, l'élu du grand Equateur suggère la création d'un Campus Agricole de la Jeunesse (CAJ), une structure qui aurait pour vocation, l'intégration obligatoire des jeunes congolais dans pratique de l'agriculture, gage de la survie de toute une Nation.

La dernière proposition, «L'industrialisation Made in RDC ». Pour cette fois, le Sénateur estime qu'il y a nécessité, pour les décideurs, d'augmenter le poids de l'industrie locale à plus de 25% du Produit Intérieur Brut (PIB) afin de créer de la Richesse, des emplois et le savoir-faire.

Le secteur économique congolais se voit doter des palliatifs en termes des propositions. La prise en compte, elle, se couche jusque-là dans les horizons. Les jours à venir, nous en diront plus...

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.