Sénégal: Antoine Diome sur l'arrestation de Sonko - «La règle de droit s'applique à tout le monde»

Ousmane Sonko, député et leader du parti Pastef, opposition sénégalaise

Le ministre de l'Intérieur et de la Sécurité publique, Antoine Félix Abdoulaye Diome, a réagi aux manifestations de ce mercredi, à Dakar, suite au placement en garde à vue du député Ousmane Sonko pour «troubles à l'ordre public et participation à une manifestation non autorisée». Revenant, en effet, sur les circonstances de l'arrestation du leader de Pastef, le ministre a expliqué que la mission des forces de l'ordre reste le maintien de l'ordre public.

«La Police et la Gendarmerie sont chargées de déterminer les plans de circulation pour le maintien de l'ordre. Et il peut arriver qu'elles vous demandent de dévier parce qu'elles ont des informations que vous n'avez pas. Dans ce cas d'espèce, elles savent pourquoi elles ont demandé à ce que le cortège passe par la corniche», a précisé le ministre de l'Intérieur sur la Rfm. Et d'ajouter : «la règle de droit, elle s'applique à tout le monde. Et pour qu'il y ait une exception, il faut qu'il y ait d'abord une demande dans ce sens».

Rappelant, dans la foulée, que le dossier est actuellement entre les mains de la Justice, il a tout de même insisté que son département est déterminé à rétablir l'ordre public à chaque fois que cet ordre est troublé. «Ce que nous dénonçons, ce sont les attroupements survenus dans un contexte d'état de catastrophe sanitaire décrété par le président de la République, Macky Sall, et appliqué par des arrêtés qui ont été pris dans ce sens », a-t-il souligné.

Interpellé sur les présumés nervis qui étaient sur le terrain du côté des éléments de la police, M. Diome a laissé entendre que «dans la mission de défense et de sécurité, il y a toujours des hommes en tenue et d'autres en civil. Moi, je ne connais pas de nervis».

Le ministre de l'Intérieur et de la Sécurité publique a, par ailleurs, déploré les casses notées dans certaines entreprises françaises basées à Dakar soulignant que force restera à la loi. «Le rôle de l'Etat, c'est d'assurer la protection des personnes et de leurs biens qu'importe leur pays d'origine. Et, nous sommes plus que déterminés à les protéger et force restera à la loi», a enfin rassuré Antoine Félix Abdoulaye Diome. S.G

A La Une: Sénégal

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.