Congo-Brazzaville: Présidentielle 2021 - Le corps électoral estimé à plus de 2,5 millions d'électeurs

Selon le bilan provisoire dressé par le président de la Commission nationale électorale indépendante (CNEI), Henri Bouka, après la révision extraordinaire des listes électorales, 2.545.578 électeurs dont 335 000 nouveaux inscrits sont attendus.

Le président de la CNEI a, en effet, au cours d'une conférence de presse animée le 4 mars, rassuré que la prochaine élection présidentielle se déroulera conformément aux principes légaux. « En ce qui concerne le vote général, nous avons l'ancien corps électoral issu des élections législatives et locales de 2017, auquel nous avons ajouté les nouveaux inscrits de 2021, qui est de 2.545.578 électeurs en attendant les listes définitives », a annoncé Henri Bouka.

S'agissant du vote anticipé des agents de la force publique du 17 mars, il a rappelé que conformément à loi électorale, aucun bureau de vote ne sera implanté dans une caserne militaire. Pour ce faire, le ministère de l'Intérieur et de la Décentralisation a rendu publics les centres de bureaux de vote. Concernant le vote multiple des militaires, policiers et gendarmes que certains candidats craignent, Henri Bouka a indiqué que des dispositions ont été prises pour que les éléments de la force publique ne puissent pas prendre part au vote général du 21 mars prochain.

« Il n'y a aucun Etat qui organise la fraude. La direction générale des affaires électorales a reçu la mission de soustraire les noms des agents de la force publique sur les listes électorales générales. Les seuls militaires qui vont voter le 21 mars se sont ceux qui ont déjà fait valoir leurs droits à la retraite », a assuré le président de la CNEI, sans exclure quelques cas isolés qui pourraient être constatés.

Henri Bouka est également revenu sur les garanties d'une élection apaisée et transparente. D'après lui, plusieurs dispositions de la loi électorale garantissent la crédibilité du processus électoral. Il a cité la présence des délégués de chaque candidat dans les bureaux de vote, des observateurs nationaux et étrangers, des membres de la Cour constitutionnelle dont le rôle est de veiller à la régularité de l'élection présidentielle. Des dispositions que la CNEI a reprises dans une brochure actuellement en cours de distribution auprès de tous les acteurs impliqués dans le processus électoral.

« Ce sont les garanties qui sont dans la loi. Notre souverain absolu c'est la loi qui est obligatoire à tous », a insisté Henri Bouka.

Insistant sur une élection apaisée, il a appelé les candidats à présenter et défendre leurs programmes respectifs à partir desquels ils veulent obtenir le suffrage du peuple. Ainsi, ils doivent éviter des discours ou messages qui sont de nature à remettre en cause l'unité nationale et la paix.

Quant au respect des délais, il a rassuré que la commission est en train de travailler pour la production des cartes d'électeurs.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.