Congo-Kinshasa: Détournement des fonds alloués à l'enseignement - Le procès s'ouvre à la prison centrale de Makala

Cette première affaire dans le cadre des enquêes menées par l'Inspection générale des finances vera comparaître l'inspecteur général de l'EPST et le directeur de Secope, appelés à répondre des accusations qui pèsent sur eux et apporter leurs moyens de défense.

Le tout premier procès lié aux rapports dressés par l'Inspection générale des finances (IGF) s'ouvre ce 5 mars 2021 à l'ex-prison centrale de Makala (PCM). Il s'agit de celui lié aux présumés détournements des fonds destinés à la gratuité de l'enseignement, ayant conduit à l'arrestation de l'inspecteur général de l'Enseignement primaire, secondaire et technique (EPST) et du directeur de Service de contrôle de la paie des enseignants (Secope).

Il est, en effet, rappelé que dans son rapport publié le 18 novembre 2020, l'IGF avait relevé l'existence des faux arrêtés antidatés de recrutement des agents et de création des écoles fictives, ainsi que l'explosion du personnel non enseignant au détriment du personnel qui preste régulièrement. Ce qui avait conduit à l'interpellation et la mise en détention provisoire de ces deux responsables, qui vont être présentés devant leurs juges naturels. Il est indiqué que ce procès, qui doit également jouer, au-delà de tout, un rôle pédagogique, serait retransmis en direct à la Radiotélévision nationale congolaise dont le car de reportage est sollicité pour la couverture de cette activité judiciaire.

Un pari gagné pour l'IGF

L'IGF, note-t-on, avait promis des procès judiciaires en direct à l'issue de ses enquêtes. Avec ce procès sur les présumés détournements des fonds alloués à l'enseignement, elle aura ainsi gagné ce pari, celui de traduire en justice tous les détourneurs des deniers publics.

Il faut aussi rappeler que le chef de l'Etat, Félix-Antoine Tshisekedi, a fait de la gratuité de l'enseignement de base l'un des piliers de l'axe sociale de son programme quinquennal. Selon cette logique, celui qui met les grains de sable dans les engrainages de cette machine ne s'inscrit que dans cette vision et joue pour l'échec du président de la République dans ce mandat. Des sources concordantes affirment, par ailleurs, que le procès dans le dossier de la gestion du parc agro-alimentaire de Bukanga Lonzo s'ouvrira également dans les tout prochains jours.

Avec l'ouverture de ce procès, juste avant la mise en place du nouveau gouvernement du Premier ministre Sama Lukonde, indiquent ces sources, le président de la République veut envoyer un signal fort de mise en garde contre ceux qui auront la charge de gérer les portefeuilles ministériels de se conformer à la vision de l'Union sacrée dont la lutte contre la corruption est parmi les axes prioritaires.

A La Une: Education

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.