Congo-Kinshasa: Résolution du conflit Bantous-Pygmées en Ituri et Tshuapa - Les chefs coutumiers sollicitent l'implication de Christophe Mboso

Depuis son avènement à la tête de la Chambre basse du parlement, Christophe Mboso N'kodia est très sollicité par ses compatriotes. Lui qui a placé son mandat sous le signe de la proximité et de l'écoute, a eu un échange fructueux avec une délégation mixte, autorités traditionnelles et des peuples autochtones pygmées, mercredi 3 mars en début de soirée.

Conduite auprès du speaker de l'Assemblée nationale par sa Majesté Mfumu Difima Ntinu, coordonnateur de la Coalition des Associations, structures traditionnelles et coutumières de la RDC (CONATC) ayant pris part aux consultations en vue de la constitution de l'Union sacrée à l'appel du Chef de l'Etat, la délégation a non seulement félicité le Président Christophe Mboso pour son élection, elle a également plaidé pour le maintien de l'autonomisation du ministère des Affaires coutumières ainsi que l'implication du speaker de la Chambre basse du Parlement dans la résolution du conflit opposant Bantous-Pygmées en Ituri et à Tshuapa.

Face à la presse accréditée au parlement, le coordonnateur de la CONATC a signifié les contours de sa rencontre avec le speaker de l'Assemblée nationale. «Notre visite, c'est d'abord pour lui présenter nos civilités, nos félicitations pour son élection à la tête de cette institution parlementaire. En tant que prince coutumier de père et de mère, nous sollicitions son accompagnement pour non seulement prendre en considération les préoccupations de l'autorité coutumière auprès du gouvernement qui est une émanation du Parlement.

Nous voulons donc qu'il nous accompagne en vue de la matérialisation de toutes les préoccupations contenues dans ce mémo transmis au Président de la République et dont copie vient d'être remis au Président Mboso», a-t-il déclaré. Et de renchérir : "Nous étions aussi accompagnés des peuples autochtones pygmées qui sont venus plaider le problème qui se pose au niveau de l'Ituri et de la Tshuapa. Nous sommes venus demander au speaker de l'Assemblée nationale, lui qui gère les représentants de ces populations, de diligenter une enquête à laquelle seront associés l'autorité coutumière et les peuples autochtones pour qu'ensemble nous apportions la paix à ces entités. Car, nous sommes convaincus que sans la paix dans nos entités, nous ne voyons pas la RDC se développer".

Ainsi donc, l'autorité traditionnelle veut voir le maintien du ministère des Affaires coutumières dans l'autonomisation au lieu de sa dissolution eu égard de la réduction de la taille du Gouvernement Sama Lukonde. Elle veut aussi que sa direction soit confiée à une autorité traditionnelle.

Visite d'inspection

Toujours à l'Assemblée nationale, au lendemain de l'audience avec l'autorité traditionnelle, deux membres du Bureau Mboso étaient en visite d'inspection des services administratifs. A travers M. Joseph Libula et Mme Colette Tshomba, respectivement rapporteur et rapporteur adjoint de l'Assemblée nationale, ces derniers ont visité jeudi 4 mars, les locaux abritant les différents services administratifs de l'Assemblée nationale notamment, la direction des Commissions dirigée par le Directeur EBU MBWETETE et celle des séances dirigée par le directeur ADAMARO. Cette visite avait pour objectif de prendre connaissance des maux qui rongent les différents services dont ceux des ressources humaines et matérielles, a fait savoir le rapporteur Joseph LIBULA. Ensuite, c'est aussi pour dresser l'état des lieux de tous les services de l'Assemblée nationale afin d'améliorer la situation des agents et cadres de l'administration.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.