Congo-Kinshasa: Culture - Pourquoi le Premier Ministre n'a reçu que deux corporations artistiques ?

En lieu et place de consulter le Collectif des Artistes et des Culturels (C.A.C), qui est une Association regroupant les artistes congolais, toutes disciplines confondues, le Premier Ministre Sama Lukonde a préféré recevoir, le 1er mars 2021, deux corporations artistiques, à savoir: les comédiens et les musiciens.

Or, il ne pouvait pas se limiter qu'à ces deux disciplines. Car, l'art est pluridisciplinaire et la culture est diversifiée dans sa dimension économique, scientifique et humaine. Très déçus, beaucoup de créateurs fustigent cette approche qualifiée de discriminatoire du protocole du Premier ministre qui aurait mieux fait d'échanger avec les peintres, plasticiens, sculpteurs, les écrivains, opérateurs culturels, artisans, cinéastes, modélistes...

Et pourtant, toutes ces disciplines artistiques citées sont valablement représentées au sein du CAC qui est une plateforme organisée et reconnue officiellement par l'Etat, via le Ministère de la Culture et des Arts.

Selon nos fins limiers, il y a eu une confusion de la part du service de protocole du Premier Ministre qui croyait programmer le CAC dans l'agenda établie pour être reçu dans la journée du lundi 1er mars 2021. Malheureusement, ce n'était pas le cas.

«Nous avons bien reçu la lettre du CAC et son mémorandum adressé au Premier Ministre. Dommage qu'il y a eu aussi une liste venant de la Présidence de la République sur laquelle nous y sommes référés en ce qui concerne les artistes. Raison pour laquelle vous allez constater que les artistes reçus par le Premier Ministre sont toujours les même qui ont été déjà reçus aussi par le Président de la République lors des consultations en novembre dernier... Je demanderai aux autres artistes de ne pas tenir rigueur au Premier Ministre. C'est vraiment indépendamment de sa volonté. Il est lui-même un culturel. Ensemble, nous allons développer la culture de notre pays», a déclaré une source proche du nouveau locataire de la Primature.

Le drame en est que les musiciens ont eu le privilège d'échanger avec le chef du gouvernement, mais ils n'ont rien remis en terme de documents dans lequel on peut lire et comprendre de manière concrète les revendications de l'ensemble du secteur culturel. Heureusement, les comédiens ont sauvé les meubles.

Conduite par le doyen Valentin Mitendo Mwadi, Président de l'Institut international de Théâtre (IIT), la délégation des comédiens a donné au Premier Ministre un mémo dans lequel il expose les préoccupations des opérateurs culturels et les artistes.

Cette reflexe est saluée par le CAC qui avait, bien avant, transmis au Chef du gouvernement un mémo dans lequel il présente de manière succincte, quelques propositions pour apporter un nouveau souffle au secteur culturel.

Dans ce document, renseigne-t-on, le Collectif a détaillé un portrait-robot (profil) de la personne que les professionnels de la culture et des arts souhaitent avoir à la tête de leur Ministère de tutelle, dans la prochaine équipe gouvernementale.

Au nom de tous les artistes évoluant au pays ou à l'étranger, il réclame que ce poste hautement stratégique soit confié à un professionnel de la culture, maitrisant les rouages du secteur culturel congolais afin de promouvoir une meilleure cohésion nationale dans sa diversité, et favoriser le rayonnement de la RDC sur le plan international. Que le nouveau Ministre de la culture soit en mesure de répondre aux attentes du Président de la République au regard de la thématique du mandat de l'Union Africaine dont la RDC assure la Présidence et aussi de faire de la culture un véritable moteur du développement socio-économique.

Considérant la culture comme un secteur aussi important que les minerais, le CAC souhaite une amélioration significative du budget alloué au Ministère de la Culture et des Arts.

Sur base des recommandations du 2ème «Forum des Culturels» tenu en octobre 2020 et des assises antérieures sur la culture, le CAC recommande la mise en place urgente par le parlement d'une POLITIQUE CULTURELLE qui est le socle d'un nouvel élan afin de développer et rentabiliser l'industrie créative culturelle et surtout de construire l'unité nationale. Toutefois, le CAC se veut un partenaire du gouvernement Sama Lukonde par rapport aux multiples défis auxquels le pays fait face en ce moment crucial de son histoire.

Signalons que le combat du Cac est de faire réellement de la culture un moteur de développement socio-économique en RDC. Raison pour laquelle il soutient la vision du Premier Ministre qui fait de la justice, la sécurité, l'emploi des jeunes, le respect des droits humains, la lutte contre la corruption et la promotion de la culture dans toute sa diversité, son cheval de bataille.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.