Congo-Kinshasa: EPST - Le procès des présumés auteurs de détournement s'ouvre aujourd'hui

C'est le grand jour ! Le procès des présumés auteurs de détournement des fonds alloués à l'Enseignement Primaire Secondaire et Technique (EPST) débute ce vendredi 5 mars 2021 à la Prison Centrale de Makala. D'après les confrères du site 7SUR7.CD, c'est le service de la communication de l'Inspection Générale des Finances (IGF) qui a confirmé cette information.

Dans son rapport rendu public le 18 novembre 2020 sur la mission de contrôle de la paie des enseignants par le SECOPE (Service de Contrôle et de la Paie des Enseignants), l'IGF avait confirmé l'existence de faux arrêtés antidatés de recrutement des agents et de création des écoles, ainsi que l'explosion du personnel non enseignant au détriment du personnel enseignant, "pourtant principal destinataire de la gratuité de l'enseignement". Le rapport de la mission de contrôle de l'IGF avait également révélé un présumé détournement de 62 milliards de Francs Congolais et l'utilisation des fausses factures pour détourner les fonds mis à la disposition par l'Etat Congolais. A cet effet, 5 hauts responsables du ministère de l'EPST et quelques agents de la Direction de la Paie, du Trésor et de l'ordonnancement du ministère des Finances étaient pointés du doigt quant à ce.

Quelque temps après ces révélations de l'Inspection Générale des Finances, le directeur national du SECOPE ainsi que l'Inspecteur général de l'EPST ont été arrêtés. Ces derniers attendaient toujours le début de leur procès. Pendant ce temps-là, la Banque Mondiale avait pris la décision de reporter à une date ultérieure le décaissement prévu au mois de décembre de l'année dernière. Il s'agit d'un premier versement de 100 millions de dollars américains sur les 800 millions approuvées par cette Institution financière internationale dans le cadre du Projet pour l'Equité et le Renforcement du Système Educatif (PERSE).

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.