Ethiopie: Toujours pas de consensus à l'ONU sur le Tigré

Les réfugiés éthiopiens fuyant les affrontements dans la région du Tigré, au nord du pays, se reposent et préparent leurs repas près du centre d'accueil du HCR de Hamdayet après leur passage au Soudan.

Il est toujours impossible de trouver un consensus à l'ONU sur la question du Tigré : le Conseil de sécurité s'est réuni à huis clos hier, jeudi 4 mars, mais n'a pas encore réussi à faire de déclaration commune. Les membres africains du Conseil, Niger, Tunisie et Kenya, y étaient pourtant favorables. Ce sont trois autres poids lourds qui s'y sont opposés : la Russie, la Chine et l'Inde.

Américains, Britanniques et Européens ne s'attendaient pas à ce que l'opposition vienne de là. Tout a été fait pour convaincre leurs homologues africains d'aller de l'avant après l'échec de médiation de l'Union africaine, et l'Irlande, qui avait réclamé cette réunion sur le Tigré, avait aussi présenté un projet de déclaration commune.

Le respect de la souveraineté

Mais Russie, Chine et Inde, membre non-permanent depuis janvier, se sont vite opposés à toute mention de la crise politique, arguant comme toujours du respect de la souveraineté - la mise en forme de cette prise de position du Conseil est ainsi toujours en cours.

Une enquête

Si elle aboutissait, cette déclaration ne porterait que sur la crise humanitaire : l'ONU s'inquiète de l'embourbement de la situation depuis novembre, ainsi que du manque d'accès de ses équipes et d'ONG aux réfugiés. Les « Occidentaux » du Conseil ont demandé une enquête sur les violations des droits de l'homme, pour documenter les responsabilités. Présidente du Conseil ce mois-ci, l'ambassadrice américaine Thomas Greenfield a rappelé l'urgence à s'occuper du Tigré, alors que le conflit menace directement la paix et la sécurité régionales.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.