Afrique: Ce que la Covid-19 nous a appris - "Les soins de santé ne peuvent plus exister en dehors de la technologie"

Lorsque la COVID-19 s'est répandue à travers le monde en 2020, les installations médicales en Afrique, comme ailleurs, ont été débordées, créant des retards dans le traitement des cas non couverts par la COVID. Cette situation a créé un vide dans la prestation de services médicaux que des entreprises technologiques, telles que la société de conseil en soins de santé Innovarx Global Health (IGH) en Gambie, se sont efforcées de combler.

Dr Ismail D Badjie, InnovaRx Global Health

Le Dr Ismail D. Badjie, pharmacien nucléaire de formation, a fondé l'IGH aux États-Unis en 2015. Ce système de prestation de soins de santé interentreprises interconnecté fournit des services de soins de santé mobiles, des diagnostics au point de service et l'exploitation et la distribution de pharmacies au détail, ainsi que la télémédecine et la téléthérapie.

En 2019, le Dr Badjie est retourné en Gambie, où il avait passé son enfance, et a ouvert une franchise de l'IGH dans la municipalité de Kanifing, dans la région du Grand Banjul.

"Nous voulons qu'une grand-mère dans un village de Gambie ait la même qualité de vie et le même accès aux soins de santé qu'une personne à New York ou à Londres", a déclaré le Dr Badjie à propos de sa motivation à retourner dans le pays, où, selon l'OMS, il y a un médecin pour 10 000 personnes.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Le Dr Badjie explique : "Un parfait exemple du fonctionnement de notre technologie est notre W.O.W [Wellness on Wheels] en visite à domicile que nous offrons aux patients. Notre équipe de cliniciens peut se rendre au domicile d'un patient et utiliser des appareils portables au point de service pour effectuer des tests rapides tels que l'hémoglobine, le cholestérol, le diabète HbA1c et des échantillons de sang pour tester la fonction rénale et le métabolisme, etc.

"Tous ces résultats sont intégrés instantanément à notre système de dossier médical électronique Agastha basé sur le cloud, ce qui permet à nos médecins consultants, qui sont situés partout dans le monde, de faire une intervention clinique ou d'avoir une consultation de télémédecine pendant que l'équipe est au chevet du patient à son domicile. Tous les médicaments nécessaires sont également transmis numériquement à notre pharmacie interne, qui prépare et déploie ensuite la commande au domicile du patient", explique-t-il.

En 2020, l'ISFH a connu une croissance considérable, desservant plus de 5 000 patients et 180 adhérents à des plans de soins par abonnement. En outre, la société a touché plus de 2 000 Gambiens pour le dépistage gratuit du diabète et de l'hypertension.

Les diagnostics au point de service de l'ISFH ont également été fusionnés avec l'infrastructure nationale gambienne afin de fournir des tests biochimiques rapides pour le COVID-19.

"La pandémie a montré au monde que les soins de santé ne peuvent plus exister sans la technologie", déclare le Dr Badjie.

"Le mariage entre les soins de santé et la technologie a créé un monde sans frontières et a ouvert les portes à des collaborations mondiales et à la mise en œuvre de meilleures pratiques dont le continent devrait bénéficier de manière significative".

C'est là que l'ISFH entend avoir un impact sur le système de santé de la Gambie, avec ses services cliniques mobiles, la télémédecine pour les patients atteints de maladies non transmissibles et l'utilisation d'un système de dossier médical électronique basé sur le cloud, de sorte que les résultats de laboratoire et les interventions d'un patient puissent être consultés partout où il y a une connexion Internet.

Selon le Dr Badjie, bien que l'Internet pose des problèmes en Gambie, seules quelques perturbations mineures se produisent car le pays dispose d'un bon réseau de fibres optiques. Le système est sauvegardé par le réseau 4G, qui a une pénétration importante dans le pays.

"Je pense que l'impact [de l'IGH] est énorme", déclare le Dr Badjie. "Nous sommes les premiers dans de nombreux aspects de la prestation de soins de santé en Gambie. Notre apport technologique a changé la façon dont les gens consomment les soins de santé et a réduit le besoin constant des patients de recourir au tourisme médical pour la gestion des maladies chroniques que nous pouvons maintenant offrir à l'ISFH".

Un potentiel de croissance de la télésanté ?

The Lancet, une revue médicale évaluée par des pairs, affirme que le passage aux soins de santé virtuels a été un phénomène mondial qui a pris de l'ampleur dans des pays comme l'Inde, l'Italie et la Chine en raison de l'émergence de COVID-19.

L'agence fédérale américaine de la santé, les Centers for Disease Control and Prevention, cite également la croissance de la télésanté due à la pandémie, affirmant que des changements dans la prestation des soins de santé sont nécessaires pour minimiser le risque de COVID-19 pour les praticiens et les patients.

Il reste à voir quelle sera la prévalence de cette tendance actuelle sur le continent africain, mais le potentiel d'utilisation de la technologie des soins de santé pour sauver des vies est prometteur.

Pour le Dr Badjie, le plan consiste à développer l'ISFH au-delà de la Gambie.

"Nous avons créé l'ISFH pour qu'il devienne un incubateur durable de solutions axées sur la valeur, qui puisse atteindre tous les coins du continent en utilisant les technologies disponibles dans les pays développés", explique le Dr Badjie.

Ces technologies aident non seulement à surmonter des obstacles tels que le transport, mais permettent également de mettre en place des réseaux de soins de santé numériques pour les examens médicaux à domicile et les dépistages de maladies par télésanté. Elles pourraient également contribuer à la lutte contre les faux médicaments en garantissant l'achat de produits pharmaceutiques authentiques, étant donné que, selon l'OMS, l'Afrique représente 42 % des cas de contrefaçon pharmaceutique dans le monde.

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X