Congo-Brazzaville: Présidentielle 2021 - Dave Uphrem Mafoula place sa campagne sous le signe de l'amour

Le candidat âgé de trente-neuf-ans à l'élection présidentielle scrutin du 21 mars prochain, Dave Uphrem Mafoula, a placé sa campagne sous le signe de l'amour. Il l'a exprimé à l'issue du dépôt de gerbes de fleurs sur la tombe du premier cardinnal congolais Emile Biayenda et du premier président du Congo Abbé Fulbert Youlou.

Dave Uphrem Mafoula est allé d'abord présenter ses civilités à l'archevêque de Brazzaville Mgr Anatole Milandou. « Je suis allé voir l'archevêque Anatole Milandou, pour le saluer, l'écouter et lui dire ce que je pense. Parce que je sais que la place qu'occupe l'église dans un pays comme le nôtre est très importante. Nous sommes dans un pays où les jeunes ne travaillent pas, où la pauvreté est à 53%. Imaginez-vous un seul instant le Congo sans l'église, où un jeune sort de chez lui, va chercher un travail et ne trouve pas ; il veut manger mais il n'a pas d'argent. Il faut qu'il y ait l'église pour calmer tout ce monde à travers la parole. D'où, je ne compte pas demain diriger ce pays sans compter sur l'église, car elle est un partenaire de la société », a-t-il déclaré.

Après ces civilités, il a procédé respectivement aux dépôts des gerbes de fleurs sur la tombe du cardinal Emile Biayenda, au cimetière des victimes du drame du 4 mars, à la stèle du président Marien Ngouabi, puis enfin sur la tombe du premier président congolais, l'abbé Fulbert Youlou, à Madibou, huitième arrondissement de Brazzaville. « Le mois de mars est douloureux et pénible pour beaucoup des Congolais, en partant du président Marien Ngouabi, en passant par le cardinal Emile Biayenda jusqu'aux victimes du 4 mars.

Le cardinal Emile Biayenda a donné pour ce pays, le président Marien Ngouabi a donné pour ce pays, les victimes du 4 mars ont donné pour ce pays, donc pour nous il était nécessaire que cette journée soit consacrée. Je n'ai pas voulu que ce jour passe sans pour autant que je pose un acte de reconnaissance envers les victimes du 4 mars ; un acte aussi qui va rappeler que ceux qui sont partis ne sont pas forcément partis », a rappelé le candidat Dave Uphrem Mafoula.

Comme sur les traces des anciens, Dave Uphrem Mafoula a précisé que le fait de déposer une gerbe de fleurs sur les tombes de ces illustres disparus est une manière pour lui de les honorer. « Dans la course qui est la nôtre, je ne peux pas avancer si je ne regarde pas ceux qui ont commencé avant moi. Le geste que je viens de faire pour le président l'abbé Fulbert Youlou, je l'ai fait pour tous les présidents qui ont dirigé notre pays et qui sont tous partis. Je crois que l'Abbé Fulbert Youlou est un messager. Le Congo a commencé avec l'amour et nous devons reconstruire l'amour de ce pays. Mon combat est un combat d'amour, ce n'est pas un combat contre les autres. »

Dans son projet de société Dave Uphrem Mafoula a pensé à la construction d'un musée de l'histoire du Congo, musée que l'on va appeler « Musée de Mfoa » où l'hommage sera rendu à toutes les grandes figures qui ont marqué l'histoire du Congo dans divers domaines. S'agissant de la situation du drame du 4 mars, Dave Uphrem Mafoula a dit que s'il est élu président, il va la revoir. Car il pense que l'indemnisation n'a pas été faite à la hauteur de l'État congolais. « J'ai vu une fille qui a perdu ses parents et qui a aujourd'hui 9 ans et vit en étant traumatisée. Ce n'est pas l'argent qui peut résoudre sa situation. Cela est autant pour de grandes personnes. D'où il faut appeler toutes les victimes pour voir cas par cas et quelles sont les solutions devant venir de l'État congolais. »

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.