Mali: 13e session de la grande commission mixte de coopération Sénégal-Mali - 11 accords signés dans le domaine des mines et de la géologie

Dans le cadre de la tenue de la 13e session de la Grande Commission Mixte de Coopération entre le Sénégal et le Mali, tenue à Dakar du 4 au 5 mars, le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l'extérieur du Sénégal, Aïssata Tall Sall et son homologue des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Mali, Zeïni Moulaye ont signé 11 accords dans le domaine des mines et de la géologie.

Dix (10) ans après la dernière session de la Grande Commission Mixte de Coopération Sénégalo-malienne, les représentants des deux pays se sont réunis hier, pour discuter de l'avenir commun du Sénégal et du Mali, unis par l'histoire et la géographie mais aussi par une devise commune : «Un Peuple, Un But, Une Foi».

Coprésidant la réunion ministérielle hier, vendredi 5 mars, au King Fahd Palace de Dakar, Aïssata Tall Sall, le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l'extérieur a souligné que cette communauté de destin appelle les deux Etats à cheminer, main dans la main, pour relever les défis de l'émergence dans la paix et la sécurité, au bénéfice de leurs deux peuples frères.

Aïssata Tall Sall reste convaincue que les Etats africains n'ont d'avenir prospère que dans l'intégration. Et que c'est pour cela que le Sénégal s'est résolument engagé à consolider ses relations historiques d'amitié et de coopération avec le Mali, tant aux niveaux bilatéral, sous régional et régional qu'au plan international.

Et c'est dans un tel esprit qu'ils ont tenu cette 13e Session de la Grande Commission Mixte, conformément à la ferme volonté de leurs deux Chefs d'Etat, (le Sénégalais Macky Sall et le Malien Bah N'Daw) de traduire la coopération déjà dynamique en partenariat stratégique. Cette 13ème Session qui s'est tenu en mode présentielle et malgré le contexte si particulier de la pandémie de Covid-19, selon Madame Sall, «illustre éloquemment cette ambition».

En effet, l'examen de cette coopération révèle, entre autres, un cadre juridique riche de plusieurs accords parmi lesquels les transports, le commerce, la défense et la sécurité, les arts et la culture, l'hydraulique, l'habitat, l'enseignement et la formation. «Nous avons pu signer onze (11) accords de coopération dans des domaines aussi importants que le transport (vous savez qu'il y a un corridor entre nous et Bamako qui est fréquenté pour non seulement le transport de personnes mais surtout le transport de marchandises), dans des domaines aussi importants que celui de la santé par un accord entre le CHU (Centre Hospitalier Universitaire) Gabriel Touré de Bamako et le CHU de Fann, plus précisément l'hôpital pour enfants Albert Royer.

Également dans le domaine de la formation, celui de l'éducation. C'est vraiment pour dire que l'éventail de notre coopération est assez large et nous avons embrassé le maximum de domaines. Mais l'originalité, cette fois, c'est que nous avons voulu être concrets. Et, pour être dans le concret, avoir un suivi de tous ces accords, nous avons décidé de mettre en place des Comités mixtes paritaires qui vont aller maintenant dans l'opérationnalité de tous ces accords que nous avons signés», informe le ministre sénégalais.

Toutes ces initiatives devront être déployées dans un environnement sécurisé ; d'où l'importance de renforcer davantage la coopération entre les Forces de Défense et de Sécurité afin de relever les défis liés au terrorisme et à la criminalité transfrontalière. «Ces chantiers restent encore nombreux au regard de l'étendue du potentiel encore inexploré de notre coopération. C'est bien de ces enjeux dont nos experts, réunis depuis hier (avant-jeudi, ndlr), ont pris l'exacte mesure, en travaillant d'arrache-pied pour parvenir à des conclusions consensuelles qui ouvrent de belles perspectives de coopération.

Ainsi, grâce aux nouveaux accords que nous signerons, nos deux pays réaliseront ensemble des projets concrets dont les retombées auront un impact positif sur la vie de nos concitoyens.»

En outre, Aïssata Tall Sall a fait savoir que le Sénégal qui a toujours marqué son engagement à côté du Mali, notamment à travers la présence de ses soldats au sein de la MINUSMA, continuera d'accompagner ce pays frère, y compris dans le cadre de la CEDEAO et du Groupe de Soutien à la Transition au Mali.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.