Sénégal: De nouvelles charges contre lui par le doyen des juges - Sonko vers une deuxième levée de l'immunité parlementaire

Le doyen des juges d'instruction, Samba Sall en rajoute une couche au dossier judiciaire du leader de Pastef, Ousmane Sonko. Déjà sous le coup de deux procédures dont l'une est relative à la plainte pour «viols répétés » et « menaces de mort » déposée par l'employée du salon de coiffure « Sweet beauté » Adji Sarr et le second « pour trouble à l'ordre public et participation à une manifestation non autorisée », l'ancien candidat arrivé troisième avec plus de 15% des voix à l'issue de l'élection présidentielle de 2019 dernière s'est depuis hier, vendredi 5 mars, sous le coup d'une nouvelle procédure.

En effet, s'exprimant à la sortie de l'audition avortée du leader par le doyen des Juges, Me Bamba Cissé, un des avocats de Sonko a révélé que le doyen des juges a écrit une seconde lettre à l'Assemblée nationale aux fins de la levée de l'immunité parlementaire d'Ousmane Sonko dans la procédure concernant les 19 jeunes qui ont été arrêtés, inculpés et placés sous mandat de dépôt pour des faits « d'appel à l'insurrection ».

Prenant la parole à la suite de son collègue, Me Abdoulaye Tall, porte-parole de Pastef a dénoncé cette démarche du juge qui, selon lui, est en train d'installer Ousmane Sonko dans une procédure qui lui est étrangère. « Il est en train d'être impliqué dans une procédure dont il n'a aucune connaissance », a-t-il martelé non sans dénoncer l'incident survenu dans le bureau du doyen des juges qui, selon lui, « a fermé les portes de son bureau aux avocats de Sonko pendant que leur client était avec lui.

POURQUOI L'AUDITION DE SONKO PAR LE JUGE D'INSTRUCTION A AVORTE

Le face-à-face tant attendu du doyen des juges d'instruction avec le leader de Pastef, Ousmane Sonko dans le cadre de la plainte pour « viols répétés » et « menaces de mort » déposée à son encontre par Adji Sarr, une employée du salon de coiffure « Sweet beauté » initialement prévue hier, vendredi 5 mars ne s'est déroulée comme prévue.

Nonobstant des mesures prises par les éléments du Groupement d'intervention de la Gendarmerie (Gign) pour transporter Ousmane Sonko au Palais de justice Lat Dior de Dakar dans les premières heures de la matinée, l'audition tant attendue a été reportée jusqu'au lundi 8 mars prochain à la suite d'un incident survenu entre le doyen des juges Samba Sall et les avocats d'Ousmane Sonko.

Venus assister leur client, les avocats de Sonko à en croire Me Bamba Kassé, membre du pool de la défense se sont vu refuser l'accès du bureau du doyen des juges par des Gendarmes préposés à la sécurité de ce lieu alors qu'Ousmane Sonko était à l'intérieur. « Nous avons demandé à ce qu'on nous laisse accéder au bureau conformément à nos droits. Parce qu'Il appartient au doyen des juges de veiller à ce que Ousmane Sonko ne soit pas entendu hors la présence de ses avocats. Le gendarme nous a imposé un rapport de force. Il a obstrué notre travail et nous a empêché d'accéder au bureau du juge et nous avons créé un incident. Les droits de notre client ont été bafoués et piétinés. Le doyen des juges ne nous a pas reçus. Il a entendu Ousmane Sonko hors notre présence », a expliqué la robe noire.

Poursuivant son propos, Me Bamba Cissé a par ailleurs, informé que cette situation a conduit les avocats de la défense à alerter le bâtonnier de l'ordre des avocats Me Papa Leyti Ndiaye qui s'est dépêché sur les lieux. « Le bâtonnier est intervenu illico presto. Il a demandé avec le secrétaire général de l'Ordre à être reçu par le doyen des juges en notre présence. Le bâtonnier a rappelé les principes qui régissent le fonctionnement de la justice. Il a rappelé que l'avocat est au cœur du système judiciaire en tant qu'acteur de la justice. Il a rappelé qu'il était d'une impérieuse nécessité que les droits de l'avocat soient préservés et respectés et que le bâtonnier ne transigera jamais sur ces questions liées au droit de la défense », a-t-il souligné avant d'ajouter, « c'est suite à cette entrevue entre le bâtonnier et le doyen des juges que l'audition de Ousmane Sonko a été reportée jusqu'à lundi prochain ».

Suite à cet incident, le leader de Pastef a été reconduit sous bonne garde à la Section de recherches de la gendarmerie, sise à la Caserne Samba Diéry Diallo de Colobane, où sa garde à vue pour « trouble à l'ordre public » depuis mercredi 3 mars dernier a été prolongée.

NANDO CABRAL GOMIS

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.