Sénégal: Auditionné sans la présence de ses avocats - Ousmane Sonko fera encore face à Samba Sall, lundi

Après son audition hier, vendredi 5 mars, Ousmane Sonko sera à nouveau lundi prochain 8 mars, face au doyen des juges, Samba Sall. Ce dernier a d'ailleurs saisi l'Assemblée nationale pour une deuxième levée de son immunité parlementaire pour le poursuivre pour « appel à l'insurrection ».

La justice n'entend lâcher Ousmane Sonko. En plus du « trouble à l'ordre public et participation à une manifestation non autorisée », une autre charge pèse sur le leader du parti Pastef/Les Patriotes accusé de « viols répétés et menaces de mort » par une masseuse. Il s'agit « d'appel à l'insurrection » qui est l'objet de l'arrestation de 19 personnes placées sous mandat de dépôt. Ousmane Sonko qui était hier, vendredi 5 mars, au tribunal, fera à nouveau face au doyen des juges lundi prochain 8 mars, à 11h.

Samba Sall chargé de son dossier après le dessaisissement du juge d'instruction du 8ième cabinet, Mamadou Seck, a saisi l'Assemble nationale pour la levée de l'immunité parlementaire de Ousmane Sonko pour le nouveau chef d'accusations.

Ousmane Sonko, arrêté mercredi dernier pour « trouble à l'ordre public et participation à une manifestation non autorisée » alors qu'il se rendait au tribunal pour répondre à une convocation du juge du 8ième cabinet dans le cadre de l'affaire « Sweet Beauty », va donc rester en garde à vue à la section de recherches de la gendarmerie de Colobane.

Toutefois, son face-à-face avec le doyen des juges hier a été émaillé de troubles. D'abord, le leader du Pastef/Les Patriotes était introuvable le matin selon ses avocats. Me Khoureicha Ba avait annoncé qu'il n'est ni dans le cabinet du juge ni à la cave, lui qui a arrêté mercredi pour « trouble à l'ordre public et participation à une manifestation non autorisée ».

C'est après l'alerte des robes noires sur les réseaux sociaux et la presse pour annoncer un kidnapping qu'il a été retrouvé à la cave du palais de Justice de Dakar. Arrivés pour défendre leur client, les avocats se sont vus refuser l'accès au bureau du doyen des juges d'instruction. « Que personne ne se trompe, l'arrestation d'Ousmane Sonko relève d'un complot d'Etat. Le monde entier a assisté à un scénario désolant pour un Etat qui se dit démocratique, un Etat qui a toujours été respecté. Maintenant, il est clair que l'Etat de droit a cédé la place à un Etat répressif. Que l'Etat démocratique et républicain a cédé la place à un Etat dictatorial avec des méthodes que le Sénégal n'a jamais connues », a déclaré Me Ciré Clédor Ly.

S'en suivra l'intervention du bâtonnier de l'Ordre des avocats du Sénégal, Me Pape Leyti Ndiaye, qui a exigé du doyen des juges le respect du règlement 5 de l'Uemoa.

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.