Ile Maurice: Bodha malmené à Grand-Bassin - projecteur sur l'inspecteur Goolab

Lovina Sophie

Partagez cet article

Il aurait subi des pressions alors qu'il protégeait l'ex-ministre des Affaires étrangères, le 28 février à Grand-Bassin, lors d'une séance de prière. Ne serait-ce sa prompte intervention, la situation aurait pu dégénérer. Qui est l'inspecteur Ajay Goolab, affecté à la Criminal Investigation Division (CID) de Vacoas ? L'express vous en dit plus à son sujet.

L'inspecteur Goolab se retrouve la première fois sous les feux des projecteurs il y a six ans. Il était auparavant affecté au Central Criminal Investigation Department (CCID). Il se retrouve en Une de l'actualité en février 2015 lors de l'arrestation de l'ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam, par rapport à l'affaire des coffres-forts de ce dernier. Une photo montre l'inspecteur mettant la main au collet du leader des rouges alors que Navin Ramgoolam était placé en état d'arrestation et conduit dans les locaux du CCID. Peu après cette affaire, alors que l'ACP Jangi est aux commandes de la CCID, l'inspecteur demande son transfert pour des raisons personnelles. «Li enn top li... c'est enn boug droit, ki fer so travail corek», c'est en ces termes que le qualifient ceux qui ont l'côtoyé.

Cet habitant des hautes PlainesWilhems, qui a fait ses débuts dans la force policière, il y a plus de 33 ans, s'est forgé un caractère de fer pour arriver là où il est actuellement. «Li pa ti fasil pou li, mais se enn dimounn ki zame pa finn zet zarm. Ti ena boukou ki finn met baton dan so la roue pendan so parcours, mais li ti déterminé», confie un de ses collègues.

Le dimanche le 28 février, lors d'une session de prière tenue au Ganga Talao, Grand Bassin, quatre individus ont malmené l'ancien ministre Nando Bodha, l'ont traité de traître, tout en le sommant à plusieurs reprises de vider les lieux. L'inspecteur Ajay Goolab est intervenu pour le protéger. Il s'est assis à côté de l'ancien secrétaire général du MSM et lui a montré sa carte de police (warrant card).

Pour le collègue d'Ajay Goolab, l'inspecteur a fait ce qu'il fallait mais avance qu'il n'en sait pas plus sur l'auteur de l'appel téléphonique qui a ordonné au policier de bouger de là.

Selon nos informations, c'est en 1988 qu'Ajay Goolab, alors âgé de 18 ans, intègre la force policière. Il fait le tour des postes de police. Il a aussi été de passage à la Special Mobile Force. Après son affectation au CCID, il demande son transfert. Il est muté au poste de police de Stanley, à la Western Division, avant d'être transféré à la CID de Vacoas. D'après certains de ses amis, à un moment, Ajay Goolab a aussi fait partie de la Major Crime Investigation Team (MCIT) sous la férule de feu Prem Raddhoa.

Ceux qui l'ont côtoyé à la Central Division brossent un aussi bon portrait de cet inspecteur. «Li ena enn figir séver et li acharné dans so travay. Ar li pena katakata», raconte son collègue. Ce père de famille est aussi un adepte des arts martiaux.

Après l'incident de Grand-Bassin, l'ex-ministre Bodha a porté plainte, le 2 mars, au CCID contre les quatre individus. Dans sa déposition, il avance que l'inspecteur aurait reçu l'ordre de quitter les lieux et il dit avoir supplié le policier de ne pas le laisser seul car sa vie était en danger et qu'il ne se sentait pas en sécurité. «Le policier a reçu comme mot d'ordre de quitter le spot. Comme la prière était en cours, le policier a mis son téléphone sur haut-parleur et Nando Bodha a entendu trois mots clairs : Quittez le spot. Après cette conversation téléphonique, le policier a dit à Nando Bodha qu'il devait s'en aller», a affirmé Rama Valayden, l'avocat de Nando Bodha. D'ajouter qu'il espère que l'enquête se fera rapidement pour savoir notamment qui «a appelé l'inspecteur Goolab pour lui demander de quitter les lieux».

Il appréhende la meurtrière d'une octogénaire

L'inspecteur Goolab a récemment mis la main sur la présumée meurtrière de Saraspadeeamal Coopamah Nojib, 81 ans. Cette habitante de la Route Sadally à Vacoas a été tuée le 26 novembre 2020 par celle qui faisait le ménage chez elle. C'était Marie Michano Katoucha Meeajan, 34 ans. Cette dernière a été arrêtée par l'inspecteur Goolab et ses hommes de la CID de Vacoas. La trentenaire était venue chez la victime avec l'intention de la voler mais l'octogénaire l'a surprise et une prise de bec a éclaté entre les deux femmes. La trentenaire a alors tué l'octogénaire.

Shahi Ganganna revient sur l'incident entre lui et Nando Bodha

Shahi Ganganna, l'un des quatre hommes, qui s'en est pris à Nando Bodha à Grand-Bassin, s'est exprimé dans une vidéo sur Facebook. Ce directeur du Professional Riding Driving Centre reproche à l'ancien ministre l'effondrement de son projet de moto-école et les dettes qu'il a accumulées depuis. A-t-il obtenu son contrat en raison de ses contacts au sein du Mouvement Socialiste Militant (MSM), Shahi Ganganna dément. «Je n'ai jamais sollicité des personnalités publiques pour être favorisé. Monn passe par mo proper channel et mo finn choisi par le ministère des Infrastructures publiques. Se ki le dir monn passe par expression of interest», explique ce dernier au téléphone. Concernant sa présence aux réunions du MSM, il réplique qu'il s'est rendu aux réunions organisées dans des lieux à proximité de son domicile récemment. «Mo finn osi zuenn Minis Hurreeram et monn dimann li kuma pou faire pour sorti dans sa problem-la», confie cet homme d'affaires.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.