Afrique: Ce que l'Afrique attend de la nouvelle directrice générale de l'OMC

Au moment où le Dr Ngozi Okonjo-Iweala prend ses fonctions, l'Afrique cherche à obtenir un accès équitable au vaccin COVID-19, un soutien à la zone de libre-échange, un meilleur accès au marché et à sortir des impasses de longue date.

Lorsque le 15 février, le président du Conseil général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), l'ambassadeur David Walker de Nouvelle-Zélande, a annoncé que le Dr Ngozi Okonjo-Iweala serait la nouvelle Drectrice générale, l'humeur des délégués était au soulagement.

Dr. Lansana Gberie, Ambassadeur extraordinaire de la Sierra Leone en Suisse et Représentant permanent auprès des Nations Unies et d'autres organisations internationales à Genève.

Le Dr Okonjo-Iweala a bénéficié d'un soutien massif dès le début du processus de sélection en juillet 2020, mais son ascension historique - en tant que première Africaine et première femme à devenir directrice générale de cette organisation commerciale de 26 ans - n'était pas du tout certaine quelques semaines auparavant.

"Sans la récente action rapide de l'administration Biden-Harris pour se joindre au consensus des membres sur ma candidature", la nouvelle Directrice générale a déclaré dans sa déclaration d'acceptation, transmise par liaison vidéo, "nous ne serions pas ici aujourd'hui".

Cette simple déclaration de fait souligne les défis qu'elle devra probablement relever. Elle est également révélatrice des difficultés paralysantes rencontrées par le principal arbitre du commerce mondial ces dernières années, où les décisions clés sont prises par consensus entre plus de 160 membres.

Alors, que peut attendre l'Afrique d'un Directeur général africain de la première organisation commerciale mondiale ?

Cette question n'a jamais été posée ouvertement au cours du processus de sélection, en partie parce qu'en plus d'être une Africaine et une femme, les qualifications du Dr Okonjo-Iweala - économiste de formation Harvard, haut fonctionnaire de la Banque mondiale, ministre des Finances du Nigeria (la plus grande économie d'Afrique) ayant le plus d'ancienneté, et ministre des Affaires étrangères - la plaçaient au-dessus de ses rivaux.

Mais la question va probablement devenir un sujet de conversation pendant son mandat.

Certains tenteront de l'utiliser comme point de repère pour évaluer ses performances dans le cadre de son mandat. Cela n'aura aucun sens. Au cours des 20 dernières années, aucun cycle de négociations commerciales à l'OMC n'a été couronné de succès. Le mécanisme de règlement des différends de l'OMC - l'organe d'appel - a été bloqué, notamment tous ses nouveaux membres par l'administration américaine précédente, une décision qui devrait être annulée.

Autour du sujet

Le Dr Ngozi Okonjo-Iweala à la tête de l'OMC

Mais il y a des domaines importants dans lesquels la Directrice générale, avec son poids politique et ses compétences avérées en tant que réformatrice, peut mener "de l'arrière... pour obtenir des résultats", comme le Dr Okonjo-Iweala l'a elle-même noté dans sa déclaration d'acceptation.

Dans cette déclaration, elle a souligné comme priorité absolue une approche inclusive et efficace de la distribution des vaccins COVID-19, qui doit sûrement inclure un accord pour suspendre la protection de la propriété intellectuelle des vaccins et autres médicaments vitaux afin de permettre leur production et leur distribution en masse dans les pays pauvres. C'est ce qu'on appelle la proposition de dérogation aux ADPIC, une initiative de l'Inde et de l'Afrique du Sud qui compte maintenant plus de 50 coparrains.

Le Dr Okonjo-Iweala, en tant que président de l'alliance pour les vaccins Gavi et l'un des envoyés spéciaux de l'Union africaine pour la réponse du continent à la pandémie COVID-19, s'est toujours passionné pour cette question et a appelé au rejet du "nationalisme et du protectionnisme en matière de vaccins".

Dans le cadre du redressement post-pandémique, l'Afrique se concentrera sur l'opérationnalisation de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf), qui devrait relier quelque 1,2 milliard de personnes dans 55 pays pour un PIB combiné de 3,4 billions de dollars. Le pacte commercial unifiera et amplifiera la voix de l'Afrique en exhortant l'OMC à créer une vision qui reflète les aspirations économiques du continent.

La Zlecaf elle-même indique une préférence pour un multilatéralisme fondé sur des règles, qui s'aligne sur les idéaux de l'OMC. Par conséquent, M. Okonjo-Iweala devrait activement encourager la mise en place de la zone de libre-échange d'Afrique et solliciter le soutien technique nécessaire à sa réussite.

L'amélioration de l'accès au marché pour les produits agricoles est peut-être plus difficile, mais elle est vitale pour l'Afrique et les autres économies en développement. Cet accès est gravement limité en partie à cause des énormes subventions distorsives que les nations riches accordent à leurs agriculteurs.

Les pays européens et l'Australie ont fait des ouvertures encourageantes aux diplomates africains pour les aider à atténuer ce problème, mais il faudra que l'OMC joue un rôle moteur pour donner à cette initiative l'élan dont elle a besoin. Le Dr Okonjo-Iweala, qui a souligné que le commerce doit être centré sur les personnes et axé sur le développement économique et la réduction des inégalités mondiales, est particulièrement bien placé pour diriger cet effort.

Les négociations sur la pêche, qui se poursuivent depuis des années à l'OMC, sont une préoccupation tout aussi urgente pour l'Afrique. À ce jour, certains membres refusent même de s'entendre sur ce qui constitue du "poisson".

Les nations les plus riches accordent des subventions à leur secteur de la pêche, ce qui entraîne un renforcement excessif de la capacité, ce qui permet à leurs bateaux de pêche d'empiéter sur les droits souverains des pays pauvres d'Afrique. Le poisson pêché par les Africains, déjà limité en raison de cet empiètement, a peu de chances d'accéder au marché des pays riches.

Au cours des réunions qu'elle a tenues à Genève avant sa sélection, Mme Okonjo-Iweala a mis en avant un concept important qui a été largement salué par les diplomates africains : le financement du commerce.

En tant que personne qui l'a suivie pendant ces semaines de consultations intenses, j'ai été frappée par le fait qu'aucun autre candidat n'a parlé de cette question. Fournir un soutien financier et technique, en particulier aux économies les moins développées, pour exporter des produits agricoles et de la pêche vers les pays riches peut faire progresser à la fois le commerce et le développement.

Les négociations sur ce type de soutien au secteur du coton au sein de l'OMC ont, comme celles relatives à la pêche, donné lieu à des déclarations de soutien positives, mais à aucune action réelle pour l'instant. Les membres africains ont récemment soulevé la question d'un plan d'action conjoint de l'OMC visant à soutenir le développement des sous-produits du coton dans les pays pauvres. Ce plan ne devrait pas être controversé ; il est certainement moins controversé que les droits de propriété intellectuelle, par exemple. Il mérite un soutien urgent.

Sa réalisation, en plus des actions sur l'agriculture et la pêche, sera le type de progrès progressif qui contribuera à réduire la pauvreté et à stimuler le commerce mondial. Pour de nombreux pays africains, elle constituera le type de réforme qui rendra la coopération multilatérale - et le grand honneur fait au continent par l'élévation d'un pionnier africain très distingué - vraiment significative.

Le Dr Lansana Gberie est l'Ambassadeur extraordinaire de la Sierra Leone en Suisse et le Représentant permanent auprès des Nations Unies et d'autres organisations internationales à Genève.

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.