Madagascar: Magro Tanjombato - Les députés TIM ne vont pas en rester là

Les parlementaires TIM veulent d'autres meetings.

Les députés de l'opposition ont rencontré leurs partisans ce samedi à Tanjombato dans l'enceinte du Magro. Ils ont saisi l'occasion pour enfoncer le régime en place durant le meeting de ce samedi à Tanjombato. Tour à tour, les députés Hanitra Razafimanantsoa, Todisoa Andriamampandry et Fidèle Razara Piera, ont tiré à boulets rouges sur les tenants du pouvoir. Le rendez-vous qui devait servir aux élus à rapporter publiquement les résultats de leurs travaux parlementaires s'est vite transformé en une partie de propagande contre le régime en place, lequel est accusé par les députés Tiako i Madagasikara de vouloir museler l'opposition. Ces derniers réclament ainsi plus de marge de manœuvre et veulent que « la liberté d'expression soit respectée au pays ».

Agenda. L'opposition a réuni quelques milliers de partisans samedi dernier à Tanjombato. Il s'agit du second meeting organisé par les leaders de l'opposition depuis le début d'année, après celui d'Imerinkasinina le 6 février dernier. Les samedis 20 et 27 février derniers, les deux manifestations sur lesquelles ils ont cogité ont fini en queue de poisson. Et avant-hier, les députés qui ont initié la rencontre ont finalement pu tenir le rendez-vous avec l'autorisation express des autorités. Mais, ils ne comptent pas en rester là. Les députés ont promis aux partisans de « poursuivre les actions » selon Hanitra Razafimanantsoa, députée du parti Tiako i Madagasikara élue dans le premier arrondissement d'Antananarivo. Une manière pour eux d'annoncer que d'autres manifestations seraient déjà dans leur agenda.

Liberté. Ils ne partagent pas l'avis du préfet de police d'Antananarivo. Ce dernier, lors de la conférence de presse de vendredi dernier, a souligné que « les députés n'ont droit qu'à une séance de rapport public ». Il n'est pas question, selon Angelo Ravelonarivo, d'organiser à plusieurs reprises des manifestations pour faire des rapports publics. En tout cas, les autorités ont déjà affiché leur réticence pour un autre meeting dans la ville. Alors que dans le camp des opposants, on veut « plus de liberté de parole et d'expression ».

Virus. Alors que les statistiques de la pandémie remontent dans la ville, les manifestations organisées ce week-end à Tanjombato et à Mahamasina minimisent les mesures afin d'éviter la propagation du virus. Lors de la rencontre des députés avec leurs partisans, les gestes barrières et la distanciation sociale n'ont pas été respectées avec rigueur. Au Palais des Sports et de la Culture, beaucoup ont également oublié de mettre leurs masques durant le gala évangélique. La préfecture de police a, pourtant, recommandé aux organisateurs de veiller à ce que les dispositifs sanitaires ne soient pas pris à la légère durant le rendez-vous. Les agents du ministère de la Santé publique, quant à eux, intensifient depuis quelques semaines la sensibilisation en faveur du respect des mesures barrières.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.