Maroc: Khadija Naamouni, la scientifique passionnée par l'anthropologie

Rabat — D'une vision lointaine, d'un sens fin et d'un regard perspicace vers l'avenir, Khadija Naamouni est une anthropologue marocaine et chercheuse dans le domaine de la diversité culturelle entre le Maroc et la France qui s'intéresse dans ses travaux aux sanctuaires de Bouya Omar, situé dans la région de Tassaout (El Kelaâ des Sraghna), et du Lourdes, au sud-ouest de la France.

Cet objectif revêt une grande importance pour la chercheuse en sciences sociales à Paris, en particulier après la prolifération de comportements dégradants et malveillants touchant la dignité de la personne au sein du sanctuaire de Bouya Omar, ce qui nécessite de déployer des efforts pour faire de cette région une destination de tourisme spirituel qui contribue au développement économique, social et culturel, à l'instar de la ville française de Lourdes, qui a souffert à son tour du même phénomène avant de devenir un lieu de la "guérison de l'âme".

Titulaire d'un doctorat en anthropologie et ethnologie de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris, Mme Naamouni estime qu'il serait très judicieux de s'inspirer de la transformation positive qu'a connue la ville de Lourdes qui désormais accueille plus de six millions de visiteurs par an, en quête de spiritualité, venant du monde entier.

Dans un entretien à la MAP, la chercheuse considère qu'après les efforts consentis dans le cadre de l'opération "Al-Karama" lancée au profit des malades mentaux qui étaient accueillis à Bouya Omar, avec le lot de leurs souffrances et celles de leurs familles, il est nécessaire de redoubler d'efforts afin de changer la donne.

Le tollé médiatique suscité par la fermeture du sanctuaire de Bouya Omar après le lancement de l'opération "Al-Karama" ne l'a pas empêché de poursuivre ses recherches, axées essentiellement sur la médecine traditionnelle, comme en témoigne son livre intitulé "Le Culte de Bouya Omar - Le passé similaire de Lourdes", publié aux d'édition "La Croisée des chemins" à Casablanca.

Mme Naamouni se rappelle de sa première visite dans la région et au sanctuaire de Bouya Omar, qui a éveillé sa curiosité pour découvrir cette culture et les rituels de guérison spirituelle. Une curiosité que "je n'aurais jamais imaginé me conduire un jour à obtenir un doctorat dans ce domaine", a-t-elle dit.

Grâce à son étude minutieuse des différentes manifestations sociales et culturelles à Bouya Omar, selon une méthodologie globale conforme aux normes de la recherche scientifique, la chercheuse a pu marquer de son empreinte le domaine de l'anthropologie et créer une valeur ajoutée au niveau de la recherche sur les maladies mentales et psychologiques au Maroc et en France.

L'une des rares femmes marocaines expertes dans le domaine de l'anthropologie et de la recherche en matière des maladies mentales et psychologiques, Khadija Naamouni, forte de son parcours scientifique et académique, est aujourd'hui l'une des fiertés du Royaume.

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.