Sénégal: «Médiation» dans l'affaire «Sweet beauty» - Idy pose sa condition - Que Sonko demande à ses partisans de «cesser toutes activités insurrectionnelles...» !

Le patron de Rewmi et du Cese, Idrissa Seck, a fait part, samedi, de sa volonté de mener une médiation politique dans l'affaire Ousmane Sonko. A la seule condition toutefois que le leader de Pastef-Les Patriotes intime à ses partisans d'arrêter toutes les activités insurrectionnelles qui ont conduit à la chienlit actuelle.

«J'incite mon jeune frère Ousmane Sonko, directement ou à travers ses conseils, à s'adresser à ses partisans pour les inviter à cesser toutes activités insurrectionnelles, de pillage ou de déstabilisation du pays », a dit Idrissa Seck dans une déclaration faite samedi. Et le président du Conseil économique, social et environnemental (Cese), patron de Rewmi, de poursuivre : « S'il le fait, j'accéderai alors aux nombreuses demandes à moi adressées, dont celle de notre compatriote Alioune Tine, membre éminent de la société civile africaine, d'entreprendre une médiation politique pour le retour rapide au calme ».

Dans la foulée, Idrissa Seck a dit savoir « bénéficier, auprès [du] président de la République, d'une écoute attentive et respectueuse qui me fait espérer des résultats positifs pour cette médiation, le cas échéant». Avant d'appeler à la retenue les autres manifestants qui n'ont rien à voir avec l'affaire Sonko-Adji Sarr, et à qui il a dit : « Nous comprenons vos souffrances et votre mal-être dus au manque d'emplois et aux difficultés de toutes sortes... ».

Auparavant, Idrissa Seck avait tenu à dire : « Je voudrais exprimer ma solidarité à mon jeune frère Ousmane Sonko, frappé par une terrible épreuve ». Et de poursuivre : « S'il sait que les accusations portées à son endroit par la citoyenne Adji Sarr sont infondées et ne sont que le résultat d'un complot ourdi contre sa personne, je l'invite à faire ce que je fis en son temps, c'est à dire déclarer solennellement devant Dieu et devant les hommes que, d'ici à l'extinction du Soleil, aucune preuve ne viendra étayer lesdites accusations. S'il ne le peut pas, je lui recommanderais alors de se repentir, de demander pardon à sa famille, à ses militants et au peuple sénégalais et d'accepter avec dignité les conséquences des actes posés».

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.