Guinée: Labé - 8 mars 2021 : Les féministes locales à l'épreuve de leurs congénères

Depuis un certain temps les associations de défense des droits féminins sont légion dans la région de Labé, toutes prétendent se battre contre les abus exercés sur la gente féminine mais rares sont celles qui font des résultats concrets.

A l'occasion de ce 8 mars, la question a été posée à certaines femmes sur le regard qu'elles portent sur le combat local des féministes et le résultat est peu flatteur.

Ce sont les femmes qui peuvent comprendre la souffrance et le silence de leurs congénères, chaque femme est dans la peau d'une autre et comprend les violences et stigmates infligées pense dame Aissatou Lamarana Diallo.

Houleymatou Diallo, elle, ne passe pas par 4 chemins, pour elle le combat des féministes est soft voire même échéant car les problèmes persistent et même les financements que les féministes obtiennent sont entourés d'une opacité sans pareil impulsé par les "prétendues féministes" qui en font plutôt un usage personnel.

Madame Souaré, une autre femme estime que pour les cas où une violence découle en réparation après un feuilleton judiciaire, les dommages et intérêts ne sont pas versés à la victime ou à sa famille qui devient spectateur triste d'un problème qui devait principalement la concerner.

A La Une: Guinée

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.