Sénégal: Violences et actes de vandalisme contre le personnel de santé et leurs biens - Le Sames-zone Sédhiou met en garde et interpelle l'état

Dans un communiqué parvenu à notre rédaction hier, dimanche 7 mars, le syndicat autonome des médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes du Sénégal (SAMES)-Zone Sédhiou a déploré avec la plus grande fermeté « les actes d'agression orchestrée ces derniers jours à l'endroit du personnel et des structures de santé. Celles-ci sont sacrées et doivent être épargnées de ces actes, comme c'est le cas lors des plus grandes guerres».

Et le SAMES-Zone Sédhiou d'étaler une palette d'inquiétudes liée au ciblage de son personnel ainsi que de leurs biens de service publique. Son secrétaire général, le docteur Diabel Dramé médecin chef du district sanitaire de Sédhiou déclare qu'«il est incompréhensible qu'on attaque des personnels de santé sans aucune défense dans leurs domiciles ou structures.

Entre autres actes nous notons, poursuit Dr Dramé, l'attaque de la maison du Médecin Chef de Région qui a été pillée et saccagée avec vol de matériels et d'équipements, la séquestration du Médecin-Chef de district de Sédhiou dans son domicile avec pillage du véhicule du district, l'attaque des postes de santé de Médina Wandifa et de Koussy respectivement dans les départements de Bounkiling et Sédhiou».

Le communiqué ajoute que «l'ambulance du district de Sédhiou a été même refusée d'accès au domicile du médecin chef du district pour secourir les enfants en détresse étouffés par les gaz lacrymogènes ainsi que des émeutes aux alentours de l'EPS1 le même jour de la manifestation vers 21 heures déstabilisant la quiétude des agents de santé, des patients et de leurs accompagnants». Et les médecins d'en déduire que «dans cette situation, le personnel de santé, toute catégorie confondue, ne pourra certainement pas assurer l'offre de soins de qualité dans un contexte épouvantable de pandémie à covid-19 associée à l'afflux massif de blessés liés aux manifestations».

Dans un tout autre registre, le SAMES-zone Sédhiou encourage et apporte toute sa compassion aux personnes touchées par ces faits, et rappelle à l'autorité l'obligation de veiller et d'assurer la sécurité du personnel de santé où qu'il soit dans la région. Le SAMES invite enfin la population de Sédhiou au dépassement pour un bon fonctionnement des structures qui sont les leurs.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.