Congo-Kinshasa: Dr Crispin Kazadi du PEV - "Le vaccin contre la Covid-19 se fera dans les sites fixes"

interview

Après la réception d'un million sept cent seize mille doses de vaccins contre la covid-19, la RDC envisage l'organisation d'une vaste campagne de vaccination contre cette pandémie. Cette opération se déroulera en site fixe.

Elle concerne d'abord quatre provinces au regard de l'ampleur de la maladie, à savoir Kinshasa, Kongo central, Nord-Kivu et Haut-Katanga. Il s'agit d'une vaccination ciblée qui sélectionne les personnes à vacciner. Dr Crispin Kazadi, chef de service de nouveaux vaccins au Programme élargi de vaccination (PEV) apporte plus d'informations sur ce vaccin, les catégories cibles, la provenance au cours d'un échange avec les journalistes, membres du Réseau des journalistes amis de l'enfant (RJAE) au siège du PEV à Kinshasa.

Pourquoi la RDC a opté pour le vaccin contre la covid-19 alors que la prise en charge médicale s'avère une réussite au regard du taux de guérison rapporté ?

Dans toutes les maladies, il y a lieu de savoir qu'il existe trois types de traitement. Il ya le traitement curatif, préventif et le traitement qui soigne les séquelles de la maladie après que la personne est guérie. Le traitement curatif guérit le malade et il y a des médicaments qui sont utilisés pour guérir la personne déjà malade de la covid. Le traitement préventif pour le cas de la covid-19 implique le respect des gestes barrières, notamment le port du masque, la distanciation des personnes, le lavage des mains. Tous ces gestes barrières préviennent la maladie avant que la personne n'en souffre. Et parmi ces gestes, nous venons d'ajouter une autre mesure, à savoir le vaccin qui est déjà arrivé au pays. Ce vaccin est aussi l'une des mesures de prévention contre la pandémie de covid-19. Il vient donc de s'ajouter aux autres mesures barrières existantes. C'est pourquoi, on a tout intérêt de se faire vacciner dans le cadre de la prévention contre la covid-19.

Pourquoi avoir catégorisé les personnes à vacciner ?

Pour la vaccination, on cible toujours. Nous ciblons les catégories les plus fragiles. S'agissant de la vaccination contre la covid-19, nous avons ciblé les personnes les plus vulnérables. Parmi elles, il y a surtout le personnel de santé, ceux qui soignent les malades de la covid-19, qui sont en contact direct avec les malades parce qu'ils sont plus exposés par rapport aux autres catégories des agents de santé. Il y a aussi des personnes âgées de plus de 55 ans. Elles sont beaucoup plus vulnerables. Il suffit de voir le taux de mortalité de ces personnes qui est plus important que chez les jeunes. Nous allons enfin vacciner les personnes âgées vivant avec les maladies chroniques comme les diabétiques, les cardiaques, car ils sont plus exposés et sont plus vulnérables.

Il s'agit d'une grande opération de vaccination. Avez-vous quand même déjà répertorié toutes ces personnes et comment se déroulera cette vaccination ?

Non, nous n'avons pas répertorié toutes ces personnes. En principe, il ne s'agit pas d'une campagne de vaccination, mais plutôt de la vaccination de routine. Toutefois, nous allons choisir les sites dans lesquels ces personnes seront vaccinées. Ces sites, nous les avons déjà identifiés. Il s'agit des sites qui prennent en charge les malades de covid, les hôpitaux et centres médicaux qui ont un plateau technique assez considérable qui peuvent intervenir en cas des problèmes pour prendre en charge les malades. Le vaccin se fera dans les sites fixes.

Quel est le pays de provenance du vaccin que la RDC a choisi ?

Le vaccin peut provenir de n'importe quel pays. Mais il faut qu'il remplisse des conditions. Il doit répondre aux critères de la vaccination. C'est l'OMS qui est l'organe de la régulation de la santé humaine du monde entier et elle suit aussi la fabrication du vaccin.

Aussi faudra-t-il reconnaître que le mécanisme covax est venu pour nous aider afin que nous puissions bénéficier d'une façon équitable ce vaccin qui coûte cher, car la santé n'a pas de prix. Et ce mécanisme covax a aussi retenu parmi les vaccins, le vaccin astrazeneca que la RDC a choisi. Il y a plus de cent cinquante candidats de vaccins, mais il n'y a que deux qui sont préqualifiés par l'OMS qui autorise qu'on puisse les utiliser.

Il faut savoir aussi qu'au pays, nous avons un organe spécialisé qu'on appelle le groupe technique consultatif pour la vaccination. Ce groupe est composé de grands experts, notamment des professeurs d'universités qui conseillent le ministre de la Santé sur la décision à prendre dans le cadre de la vaccination.

Ce groupe s'est réuni et s'est basé sur les données scientifiques, sur d'autres preuves qu'on a dans d'autres pays et sur les données d'après les fabriquant. Après cet exercice, il est entré en session spéciale pour faire le choix et il a donné un avis pour que le pays puisse opter pour le vaccin Astrazeneca. Le choix du vaccin n'est pas fait au hasard, il ne dépend pas d'un individu. C'est tout un système qui est mis en place pour qu'on arrive à ce choix

Le pays a déjà réceptionné le premier lot de vaccins contre la covid-19. Est-il prévu un second lot ? Qui sera concerné ?

Nous avons reçu le premier lot constitué d'un million sept cent seize mille doses de vaccin. C'est pour cette raison que vous avez certainement remarqué qu'on a fait le ciblage des personnes qui sont à haut risque pour les protéger afin de diminuer le taux de décès. Nous n'agissons pas seulement pour prévenir la maladie mais aussi pour diminuer le taux de décès. Il y a des personnes avec comorbidité qui sont des personnes souffrant des maladies chroniques telles que des malades cardiaques et des hypertendus. Ces personnes quand elles attrapent la maladie, elles s'en sortent difficilement et le grand nombre de personnes ce sont des personnes âgées que nous avons perdues.

Le pays attend plus de sept millions de doses mais dans le premier lot, nous avons reçu plus de doses soit un million sept cents, donc nous attendons encore recevoir plus de cinq millions et plus de doses pour compléter et progressivement, nous irons aussi à d'autres catégories mais comme la quantité aussi est très limitée, nous avons choisi de protéger les groupes qui sont beaucoup plus à risque.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.